Comment  percevoir que le DHJ, comité et entraineur, sont aux abois ?

 Simple : l’Affaire Ricky.

Voici un joueur qui a signé un contrat en bonne et due forme, en début de saison.

 Un joueur qui a été du voyage en Turquie.

Un attaquant de pointe, sur lequel l’entraineur Zaki comptait pour l’actuelle saison…

Or et en dépit de toutes ces données, cet attaquant congolais, a préféré prendre la poudre d’escampette, la veille du début de la Botola.

Pris de court, comité et coach, ne cessaient de répéter à qui voulait les entendre, que le joueur est reparti chez lui au Congo, pour s’enquérir de l’état de santé de sa fille (brûlée, parait-il, à la main lors d’un accident domestique).

Un staff technique et un comité, ridiculisés à l’extrême, lorsqu’au lieu de voir le joueur auprès de sa fille, des photos circulant sur les réseaux sociaux, nous le montrent, au contraire, à l’entrainement avec le Vita Club, avec lequel il a décidé de jouer l’actuelle saison, et ce, en dépit du contrat le liant au DHJ.

Le DHJ saisi la FIFA qui lui donne raison.

Ricky qui s’est comporté comme le dernier des idiots, se sent coincé :

Il ne peut pas jouer au Vita Club et n’a aucune envie de retourner au Difaâ!

 Le Vita fait alors une offre, non officielle, au DHJ qui la refuse.

Et ce n’est qu’à ce moment, que Ricky semble se rendre à l’évidence et décide de se rendre à son véritable club avec lequel il est lié par un contrat : le DHJ.

Mais ce qu’on a du mal à comprendre, c’est comment un jour qui a passé, presque deux mois  au Congo arrive et dès son retour, à se retrouver sur le banc de touche contre l’OCK ?

Mieux encore, Zaki le fait rentrer, lors des dix dernières minutes, histoire de l’acclimater avec le rythme de notre Botola.    

Aucune sanction ou mise à pied. Aucune amende à payer au club, pour tous les dommages occasionnés depuis le début de cette saison….Rien.

Ricky une fois coincé, décide de se pointer à El-Jadida, et la même semaine, il joue avec le DHJ.

Du jamais vu dans les annales du football professionnel.

Certes, le DHJ a besoin en urgence d’un attaquant de pointe.

Certes, le DHJ ne vient de marquer son premier but de la Botala, qu’hier, contre l’OCK et sur un tir anodin, détourné par un défenseur khouribguis…Mais qu’à cela ne tienne, un club, professionnel de surcroit, a –t-il le droit de badiner avec la discipline, pour sauver les meubles ?

Par ce comportement inacceptable, pour ne pas dire minable, quel message donne-t-on aux autres joueurs africains du club ?

Quel message donne-t­-on aux jeunes et aux moins jeunes du club ?

L’entraineur Zaki connait les conséquences et les retombées néfastes que peut avoir un  tel comportement sur la discipline au sein du  club. Le comité aussi.

 Alors ? Commencent-ils à se sentir aux abois à cause de la stérilité de leur ligne offensive ?

Au point de fermer les yeux sur le comportement inacceptable de Ricky, préférant  faire comme si de rien n’était?

Au point de se faire humilier par ce Ricky qui n’a encore rien apporté au club ?

Certes, la fierté et la pseudo fermeté (légendaire disaient certains)  de Zaki et aussi du comité ont été ridiculisées et semblent avoir pris un coup duquel ils ne semblent pas près de se relever.

Alors espérons pour leur salut, que ce Ricky  amènera ce « plus » que tout un chacun attendait, pour  cette saison….Un « plus » qui nous a fait défaut, à cause, en grande partie, de la défection, traître, et incompréhensible de ce Ricky, et ce,  la veille de du début de la Botola.

El Jadida Scoop

https://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/02/zaki.18.jpghttps://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/02/zaki.18-150x150.jpgadminsFocusComment  percevoir que le DHJ, comité et entraineur, sont aux abois ?  Simple : l’Affaire Ricky. Voici un joueur qui a signé un contrat en bonne et due forme, en début de saison.  Un joueur qui a été du voyage en Turquie. Un attaquant de pointe, sur lequel l’entraineur Zaki comptait pour l’actuelle saison… Or et en dépit de toutes ces...Source de L'information Fiable