Une des plus belles et des plus célèbres complaintes dans la poésie arabe…

Bonjour Mazagan…

Une des plus belles et des plus célèbres complaintes dans la poésie arabe écrite aux débuts de la chute de la dynastie omeyade en Andalousie. Elle compte environ 45 vers. Dans cette tentative, j’en ai traduit les trois premiers:

Ahmed Benhima

Sa plénitude atteinte, toute jouissance décline.

Que personne ne se fie donc à une pérennité de l’opulence.

A la vue de l’œil, notre vie est assurément instable,

Celui qu’un temps rend heureux,

D’autres temps le rendent misérable.

Et dans cet univers, personne n’est épargné des aléas

Et aucun statut n’est immuable.

Abul al-Baqa al-Rundi

Séville 1204-Ceuta 1285

Version arabe :

أبو البقاء الرُّنْدِي الأندلسي

 601 هـ -684 هـ

لِكُلِّ شَيءٍ إِذا ما تَمّ نُقصانُ

فَلا يُغَرَّ بِطيبِ العَيشِ إِنسانُ

هِيَ الأُمُورُ كَما شاهَدتُها دُوَلٌ

مَن سَرّهُ زَمَن ساءَتهُ أَزمانُ

وَهَذِهِ الدارُ لا تُبقي عَلى أَحَدٍ

وَلا يَدُومُ عَلى حالٍ لَها شانُ

Related posts

Leave a Comment