Sidi Bouzid : Qui protège certains cafés à narguilé ?

café-chicha

ELJADIDASCOOP

A l’entrée de Sidi Bouzid, du côté de la route côtière, le propriétaire d’un café ne  fait pas mystère de son  intention de poursuivre coûte que coûte à y servir du narguilé (chicha), en dépit des multiples protestations des voisins, qui  en souffrent le martyre.

Ces derniers n’arrivent toujours pas à s’expliquer que les autorités qui poursuivent leur lutte contre les cafés à Narguilé, et qui sont effectivement, parvenues à en  fermer un grand nombre, peinent à fermer celui-là.

Or, lutter contre les cafés-chichas, fait replier bon nombre de jeunes de leurs pratiques «narcotiques» et parfois «érotiques», tout en «traquant» les prostituées.

Des cafés-chichas qui n’ont engendré que conflits de voisinage, de santé, de débauche, de drogue, de pollution sonore … sans oublier, que la majorité qui s’y adonne est constituée de mineurs.

C’est pour ces raisons que ce café érigé dans l’un des plus beaux centres d’estivage du royaume, s’est révélé n’être qu’une pure désillusion.

 café-chicha1

D’après les plaintes des voisins, il n’est plus possible de savourer ces petits plaisirs de la vie, faits d’un cadre calme et serein, d’un air frais… et qui naguère, constituaient les Atouts majeurs de cette station balnéaire.

Le propre de ce café, c’est qu’il n’est jamais inquiété, ni interpelé, ni rappelé à l’ordre, ni par l’autorité locale ni par les gendarmes. Transformé spécialement en café-chicha, l’odeur en suffoque les habitations d’à côté, aujourd’hui. Servie à gogo, dit- on à des prix effarants, les clientes et les clients y ajoutent de la drogue qu’ils consument en toute impunité. Or, dans la journée d’étude consacrée à la santé le lundi 23 décembre 2013  (déjà), le gouverneur avait déclaré solennellement qu’une lutte impitoyable sera poursuivie contre la consommation de la « chicha » dans les lieux publics dans la province. Il est, certes, vrai que la lutte contre ce fléau, qui fait ravage au sein de notre jeunesse, a été concluante au niveau des cafés même si des énergumènes, jouissant de la complicité de quelques agents d’autorité sans scrupule, servent, encore la nuit, ce produit interdit par un arrêté gubernatorial.

Ainsi, ce qu’on espérait, comme l’a bien souligné le gouverneur, « faire éviter à nos jeunes, outre des maladies pulmonaires et cardiaques, la dépravation et la prostitution des mineures », on y est tombé dedans.

Pourquoi ? Mais parce que certains  responsables, rechignent encore à assumer… leurs responsabilités.

 

 

 

Related posts

Leave a Comment