Sidi Bouzid : onze autres arrestations dans un café de narguilé.

Après les 15 arrestations dans la soirée du mercredi, qui marquait le début de ce mois sacré, la gendarmerie de Sidi Bouzid et suite à des informations très précises (Tberguiga), vient d’opérer une descente ce soir, dans un café de narguilé, où elle a réussi à arrêter onze personnes, dont le patron des lieux.

Notons au passage, qu’au moment de cette descente, le café était fermé et rien ne laissait deviner qu’une quelconque activité a lieu à l’intérieur.

Ceci souligne et avec force, que les patrons de certains cafés n’arrivent pas à assimiler cette loi qui les accule à garder les rideaux baissés, tout au long du ramadan.

Cela démontre aussi et avec abnégation, que les employés de certains secteurs, touchés  de plein fouet par cette crise sanitaire, ont de plus en plus de mal à joindre les deux bouts. Et de ce fait, désobéir à « la loi » n’est pas un choix, mais une obligation.

La Tunisie qui avait, à un moment, annoncé la fermeture de ses cafés pendant ce mois sacré, a été obligée de faire marche arrière et à autoriser l’ouverture  des cafés jusqu’à 22h.

Il faut dire que si hier la gendarmerie de Sidi Bouzid a procédé à l’arrestation de 15 personnes et aujourd’hui à 11, sans compter ceux qui sont parvenus à s’enfuir….combien elle arrêtera demain? Et après demain ? Et dans les autres patelins de la région et les autres villes du royaume ?

Et puis comment interdire l’ouverture des cafés, et les prières (Tarawih) quand le Tramway à Casablanca (à titre d’exemple car il faut voir aussi  les bus à El Jadida à l’approche de la rupture du jeûne…)  connait des bousculades monstres, sans qu’aucun responsable n’y trouve à redire, pour ne pas dire… la parade ?

Et comment nos « grands savants » qui n’ont cessé de nous inciter à respecter la distanciation et bla, bla,bla… autorisent la fête du mouton ? Un événement  qui a été à la base de la deuxième vague au Maroc et la plus meurtrière aussi?

De quoi demain sera fait ? Qui vivra verra… Mais une chose est sûre, certains n’en peuvent plus de ces « sacrifices » et des contradictions des « responsables », car joindre les deux bouts, pour une partie des marocains, est devenue une véritable prouesse.

El Jadida Scoop

Related posts

Leave a Comment