Sidi Bouzid : les jet-skis… une véritable menace pour les baigneurs

Ces dernières années, les jets-skis ont  envahi nos plages, et particulièrement celle de Sidi Bouzid. Et en dépit des mesures prises par les autorités pour assurer la sécurité des baigneurs, ils continuent de présenter une menace.  

Il faut rappeler que malgré la réglementation en vigueur (non appliquée) relative à l’usage de ces engins, leurs pilotes continuent de violer toutes les règles notamment en matière de bande de sécurité et des couloirs d’accès à la zone de navigation qui est fixée à 300 mètres de l’espace réservé à la baignade, et qui est limité par les bouées.

Il faut noter que les usagers des jets-skis continueront de négliger ces règles de conduite tant qu’aucune mesure répressive n’est appliquée pour mettre fin à ces dépassements.

Il est évident que, ne subissant aucun contrôle, l’utilisation des jet-skis sur la plage continuera de déranger, pour ne pas dire terroriser les estivants. Il n’y a qu’à voir le désordre et l’encombrement que créent ces engins au niveau de l’accès (en pente) de la plage, qui devrait être réservé aux sauveteurs et au dispositif de secours et à son organisation avec efficacité.

Chaque année cette plage enregistre une expansion de la pratique du jet-ski et un accroissement fulgurant des adeptes de cet engin qui attire de plus en plus de jeunes avides des sensations fortes, et heureux de se donner en spectacle avec leurs « acrobaties » qui sont souvent sources de danger et d’accidents graves, parfois mortels.

L’utilisation du jet-ski requiert le respect de certaines règles qui assurent la sécurité aussi bien de son usager que des baigneurs.

En effet, le jet-ski doit être doté d’un système d’extinction automatique du moteur, qui fonctionne en tant que coupe circuit en cas de danger, ainsi que de deux feux à mains et une corde assez longue qui permet son remorquage, sans oublier le gilet de sauvetage de couleur vive fluo que le skieur devrait porter.

La cohabitation demeure donc compliquée entre les usagers du jet-ski et baigneurs, si toutefois, chacun ne respecte pas la liberté de l’autre.

Khadija Choukaili

Related posts

Leave a Comment