Sidi Bennour : Face à leur marginalisation Les habitants d’Al Karya se rebiffent !

hnyen556

Par : Azzedine Hnyen   hnyen55

Trop, c’est trop. Les habitants d’Al Karya 2 n’en peuvent plus. Vivant des souffrances insupportables, ils se sont manifestés, en masse, devant le siège de la municipalité de Sidi Bennour pour crier, tout haut à qui de droit, leur mécontentement et en réclamant un droit des plus élémentaires.

Les habitations ne disposent pas encore d’un réseau d’assainissement des déchets  liquides. Faute de ce service sanitaire, ces maisons usent de fosses septiques. Une solution précaire que n’arrangent point les averses abondantes. Comme ce fut le cas cette semaine qui a vu une pluie abondante tomber sur la région. Les fosses, débordées, ont craché toutes leurs immondices sur toutes les ruelles. Si bien que circuler est devenu un véritable calvaire pour les adultes. Que dire des écolières et des écoliers. Les derniers travaux de raccordement en eau potable n’ont guère été cléments non plus. Ils ont rendu la circulation encore plus tortueuse.

En l’absence irresponsable du président du conseil et/ou de tout autre élu responsable, ce sont des fonctionnaires qui avaient tenté d’absorber la colère des manifestants dont la majorité était constituée de femmes. Ces fonctionnaires, n’ayant aucun pouvoir de décision, se sont contentés de leur expliquer qu’une convention tripartite entre, d’une part, les conseils urbain et provincial et entre, d’autre part, la Régie autonome d’eau et d’électricité d’El Jadida pour l’installation d’un réseau d’assainissement liquide, repose encore dans un bureau et qu’elle allait être activée dans « les prochains jours » (sic). C’est bien. Mais combien de mois faut-il pour sa réalisation ?

Et entre-temps, doivent ces gens continuer à vivre dans un calvaire inhumain ?

La réaction logique et réaliste était de presser, tout d’abord, au plus urgent. Solliciter la RADEEJ pour l’évacuation rapide des fosses et la réfection des accès par les services municipaux. C’était la décision la plus appropriée.

D’autre part, il est inadmissible  de laisser des populations vivre dans la précarité et privées de tout service public. La nouvelle Constitution est claire à ce sujet. Elle étale un éventail de mesures à l’accessibilité des services sociaux.

Le conseil municipal se doit de réagir, au plus vite pour décongestionner cette regrettable et fâcheuse situation ainsi que d’autres existants apparemment. On ne devrait se contenter, uniquement, de leurs voix aux élections communales. Le citoyen a droit à un respect décent, à ce que sa dignité soit préservée et non vivre au milieu de tant de saletés.

Les autorités provinciales, en la personne du gouverneur, garant des droits des sujets de  SM le Roi, doivent inciter le conseil urbain de Sidi Bennour à servir les causes de la communauté. Plutôt qu’à songer à se servir

Related posts

Leave a Comment