Sidi Ahmed Bouafi, l’un des pionniers du handball Jdidi n’est plus.

bouafi

Par: Abdellatif CHERRAF

Il faisait partie de la première équipe nationale marocaine de handball ; il était l’un des piliers de la plus redoutable équipe de la petite balle du championnat national, sur lequel n’importe quel entraineur pouvait compter. Et pour cause, Sidi Ahmed Bouafi, puisque c’est de lui qu’il s’agit, ne se contentait pas uniquement du poste de gardien de but, mais  était aussi un excellent avant-centre…

Avec ses parades spectaculaires et ses sorties kamikazes, il savait stopper les meilleurs attaques et contres rapides de l’antagoniste du jour !

 El-Jadida Club Universitaire (EJUC), son équipe de toujours, comptait dans ses rangs, les meilleurs handballeurs de l’époque. Entre autres, feus Moulabi Maâtaoui, Aboukinane Si Mohamed, Mouizina Abdellatif et les Abdellah Bettioui, Mustapha H’cine, Benchekroune, Z’har alias Dehbi, Lahlou, Les Saddouk, Mesfioui, Moulay Said Cherkaoui, l’algérien Casmi, Fofana, Massardier, Vachan et tous les autres dont j’ai oublié  les noms et que je prie de m’excuser au passage !

bouafi2La majorité, de l’effectif de l’EJUC pour ne pas dire l’ossature, évoluait en équipe nationale de handball. Saviez-vous que la première salle couverte des sports au Maroc est celle d’El-Jadida et qu’elle  affichait complet à chaque match de championnat de l’EJUC ?

Ce fut un temps que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaitre. Un temps où les dirigeants avaient pour noms : feu Mostafa Ben Cherki, feu Lyazid Chergui… Que  sportifs et  dirigeants de cette trempe, à l’instar de feu Sidi Ahmed Bouafi qui vient de nous quitter, reposent en paix.

 Sidi Ahmed Bouafi a farouchement bataillé la maladie avec dignité et courage. Ce grand sportif dans le vrai sens du terme, a su garder le sourire et la joie de vivre.

A sa femme qui a su le soutenir jusqu’au bout…  Une femme à laquelleDHI.HANDBALL on aimerait tant dire « madame, vous avez rempli votre mission dans ce bas monde de la meilleur des manières…  que la vie continue »… à ses filles : Méryem et Nora et à ses fils : Omar et Hamza, à ses amis, ses anciens collègues, et à tous ceux qui l’ont côtoyé de près ou de loin, nous présentons nos sincères condoléances. « Nous sommes à Allah et à Lui nous retournons »

Related posts

Leave a Comment