Scandaleux… !!!

eljadidascoop

Les cafés-terrasses font partie désormais du paysage jdidi depuis de nombreuses années. Les citoyens n’arrêtent pas de crier leur mécontentement et leur ras-le-bol vis-à-vis de l’occupation flagrante de l’espace public par les propriétaires.

A chaque quartier de la ville se trouvent des terrasses longues comme un bras et ne OCCUPAT1facilitant pas la circulation des piétons qui se voient obligés des fois d’emprunter une autre voie pour marcher.

«On en a assez de devoir slalomer entre les chaises et les tables pour passer notre chemin», déclare un passant visiblement irrité. A la base, les terrasses ont été permises pour compléter une composante du décor urbain et favoriser l’activité commerciale.

occupation.des.trottoirs (2)L’objet de cette réglementation est de concilier la liberté du commerce, du citadin, du passant et du client. Or, il semblerait que les choses ne se sont pas déroulées comme prévu. L’insertion de ces terrasses s’est faite sans aucune harmonie et au détriment des citoyens qui attendent des prises de décisions sérieuses de la part des responsables. Un dossier urgent qui n’a pas pris en compte les contraintes réglementaires attend donc d’être examiné par Mouâd Jamiî, gouverneur de la « ville ».

Un mode d’implantation régi par une loi définie doit canaliser cette tendance. In fine, la vitalité du commerce n’est pas liée à la dimension des terrasses, mais à la qualité de service, à l’hygiène et au respect des autres.

 

Related posts

Leave a Comment