Pourquoi Bencheikha persisite à rester au Difaâ en dépit de sa médiocre saison ?

Lorsque, sous la direction d’Abdelhak Bencheikha, le Difaâ Hassani d’El Jadida a remporté la Coupe du Trône de football saison 2012-13 en battant le Raja de Casablanca (RCA), tenant du titre, par 5 à 4 aux tirs au but,  au complexe sportif prince Moulay Abdellah à Rabat, la ville d’El-Jadida et à sa tête, son gouverneur Mouâd Jamiî, était prête à « casser sa tirelire » pour faire « tous les sacrifices » et « toutes les concessions » pour garder ce « gourou », dit la Général, à sa tête.

Pourtant, le Difaâ avait l’une des meilleurs formations à l’époque, avec les Zouhair Laaroubi, Adil Saâssaâ, Ahmed Chagou, Oussam El Ghrib, Bakr El Hilali, Brahim Nakkach, El Mehdi Karnas, Zakaria Hadraf, Naby Soumah, Omar Mansouri, Johan Lengoulama, Salif Keita…

Mais Bencheikha ne voulait rien savoir et cherchait, plutôt, à profiter de ce titre, pour surfer sur « cette vague » et se faire un nom hors de l’Algérie.

Et quand le RAJA de Mohammed Boudrika lui a fait une offre, il a illico plié bagages, pour regagner Casablanca, alors que Mouâd Jamiî et tous les fans du club le croyaient encore au Pullman, pour peaufiner le nouveau contrat qui allait le lier au DHJ.

Or, le hasard a voulu que cette même personne, après avoir trainer sa bosse un peu partout, sans grand succès, revienne à El-Jadida, ignorant qu’entre temps, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts, que le club a perdu tous ses meilleurs joueurs et par ricochet, son Aura d’Antan.

Incapable d’imposer un fond de jeu au Difaâ, cette année, Bencheikha ne sait plus à quel saint se vouer. Il a été jusqu’à dire, lors de sa dernière interview, qu’entre le WAC et le Difaâ, « il n’y a pas photo ».  Ce même WAC (Ya Hasra) écarté par le Difaâ  en demi finale, avant d’aller battre le RCA et remporter la coupe en 2013.

La question aujourd’hui, est de savoir pourquoi cet homme qui voulait se faire un nom hors de son pays, qui voulait focaliser les feux de la rampe…reste aujourd’hui dans un club menacé de relégation et dans l’avenir n’augure rien de bon ?

  • Pour son très bon salaire mensuel de 24 millions de centimes ?
  • Pour faire plaisir à Moukatarid et ne pas le laisser seul à bord d’un navire qui prend l’eau de toutes parts ?
  • Pour préparer le DHJ de demain ? (Mais depuis quand Bencheikha était formateur ?)

Bencheikha  a perdu toute la « magie », tout le « charisme » et tout son crédit,  qu’il avait auprès du public jdidi, à l’orée du  gain du trophée, en 2013. Alors, s’il veut partir, eh bien qu’il part. Le contribuable qui lui paye son salaire (et non Mouktarid) n’en sera que ravi.

El Jadida Scoop

Related posts

Leave a Comment