My Abdellah : vous avez dit jumelage… avec kitwe du zimbabwe ?

Mais à quoi riment tous ces jumelages qui n’existent que sur l’accord de partenariat signé par les deux parties ?

Certes, un jumelage est un moyen de collaboration entre deux villes (ou communes) ayant des objectifs communs et œuvrant pour développer des activités dans le cadre de ce partenariat en impliquant la communauté, afin de la faire réfléchir sur les grands enjeux importants de la société, tout en définissant des objectifs communs, ainsi que le type d’activités envisagées, et en traçant à l’avance  une feuille de route avec des échéances des objectifs à atteindre.

La Commune de My Abdellah peut, certes, aspirer à réaliser certains objectifs par un jumelage. Mais la question qui se pose est qu’un partenariat reste basé sur le principe du « gagnant-gagnant » qui ne se vérifie malheureusement pas dans ce cas-là.

Il faut rappeler que, de source officielle, la délocalisation du marché de gros des fruits et légumes traine encore pour la simple raison d’un trou budgétaire d’un montant d’un million de dirhams que nécessite l’équipement informatique du nouveau marché de gros de My Abdellah.

Comment peut-on imaginer la conclusion d’un jumelage dans la conjoncture actuelle, quand on ne peut se permettre un investissement d’un million de dirhams qui plus est, rapporterait en termes de recettes annuelles un montant de dix millions de dirhams.

Il est déconcertant de constater comment l’argent du contribuable est dilapidé suite à ce genre de décision de jumelage, qui nécessite des allers retours entre les deux pays pour la finalisation d’un partenariat qui, en fin de compte, ne sera effectif que sur le contrat.

L’expérience d’El Jadida dans ce domaine de jumelage est plus qu’expressive, puisqu’une douzaine d’accords ont été signés depuis des décennies, sans que cela reflète la finalité première de ces partenariats, à savoir, une réelle collaboration dans les domaines de la culture, du patrimoine, du tourisme ou de l’éducation, à travers des échanges qui devraient contribuer à développer, avant tout des liens, qui se concrétisent à travers des rencontres et des échanges d’expériences, ce qui constitue un enrichissement pour les deux parties.

Est-ce vraiment opportun de conclure de tels partenariats quand on ne peut même pas s’enorgueillir d’avoir une infrastructure de base en mesure de répondre aux attentes des citoyens ?

Khadija Choukaili

Related posts

Leave a Comment