Mustapha Jmahri présente « Figues et châtiment » à Béni Mellal

Par M’barek Bidaki

Dans le cadre de ses activités culturelles, le complexe culturel Les Grands Arbres de Béni Mellal a organisé samedi 21 mai 2022, une rencontre avec l’écrivain Mustapha Jmahri qui a eu pour thème la présentation du recueil de nouvelles mazaganaises « Figues et châtiment » préfacé par le romancier Fouad Laroui et le partage de ses souvenirs d’adolescence avec ledit romancier.

Cette rencontre a été suivie par une pléiade de professeurs, des membres de l’association des amis de Fouad Laroui, d’étudiants de l’université de Béni Mellal et de la directrice du complexe Les Grands Arbres.

Au début de la rencontre, le professeur Abdellatif Makan, enseignant à la faculté des lettres de Béni Mellal a présenté l’hôte de la séance en soulignant son parcours dans le domaine de la recherche et de l’écriture entamé depuis les années 1980.

S’agissant de son recueil de nouvelles « Figues et châtiment » publié aux éditions de L’Harmattan en 2016, le modérateur a noté qu’il s’agit d’un livre non seulement littéraire mais aussi ayant une portée sociologique et anthropologique dans la mesure où cet ouvrage rassemble des histoires ancrées dans la banlieue d’El Jadida des années soixante. Une banlieue qui a disparu en un demi-siècle, mais dont la culture et la mémoire ont été restituées par la plume alerte de Mustapha Jmahri, dira le modérateur. La préface de Fouad Laroui éclaire cette douzaine de nouvelles qualifiée par l’auteur de « nouvelles mazaganaises » et par le préfacier de « madeleines de Proust » tant elles évoquent des noms, des toponymes, des odeurs, des amours et des malheurs de gens de la banlieue rurale croulant dans l’anonymat total.

Dans un deuxième temps, l’invité a évoqué ses souvenirs avec le romancier Fouad Laroui à El Jadida dans les années soixante et leurs échanges, bien plus tard, lorsque Laroui s’est établi à Amsterdam, capitale de la Hollande. A la demande de l’assistance, quelques lettres échangées entre les deux amis ont été lues séance tenante.

Dans un troisième temps, le modérateur a procédé à la présentation des différentes nouvelles du recueil en questionnant l’auteur sur les personnages, les nuances, l’ambiance, ainsi que sur le style et la morale y contenue. Chaque histoire se focalise sur un personnage différent : le fqih, l’ancien combattant, le meunier, l’ouvrier agricole et la femme paysanne.

Avant la fin de la séance, et sur la proposition du professeur Abdellatif Makan Mustapha Jmahri a été invité à lire sa nouvelle intitulée « Comment j’ai braqué mon revolver sur une pauvre fille ? ». Le but : donner un avant-goût de lecture aux personnes n’ayant pas encore pris connaissance du contenu du recueil.

La rencontre prit fin après un échange entre le modérateur, l’invité et l’assistance autour du recueil « Figues et châtiment », la production éditoriale en matière d’histoire locale de Mustapha Jmahri et sa relation, dans les vertes années, avec le romancier Fouad Laroui.

Related posts

Leave a Comment