Moussem de Moulay Abdallah : plongée (gratuite) dans le moyen âge.

Cette année, la presse locale et nationale n’ont pas  tari d’éloges envers le Moussem et ces organisateurs. Encouragés par ces écrits, j’ai décidé de prendre le bus pour m’y rendre, sachant par avance, que c’est mission impossible pratiquement, de s’y rendre en voiture et d’y trouver une place pour garer ma voiture.

A peine ai-je posé pied  dans ces lieux, que le doute  me traversa l’esprit : suis-je bien au Moussem de Moulay Abdellah qu’on vantait tant ou  ai-je atterri  en plein milieu  d’un film,  relatant l’histoire de « Qoraich » ou Antar Ibn Cheddad.

Il faut dire que je fus reçu par  un  chaos incroyable: désordre, cris, saleté, manque élémentaire d’hygiène…  On se sent comme happé du temps présent puis renvoyé illico, plusieurs siècles dans le passé.

Un univers hors du temps et des normes. Un monde   fonctionnant avec ses  codes et ses  lois propres.

La criminalité y est monnaie courante : vols sous menace d’armes banches, agressions, rixes, pickpockets, …   et les gendarmes n’ont jamais voulu  donner  les chiffres exacts de cette criminalité, sans doute pour ne pas  noircir encore plus le tableau.

Mais le  Moussem c’est aussi ces « Toubibs » dotés de hauts parleurs, qui vantent les mérites d’étranges médicaments (sortes de potions magiques), côtoyant sur un même étalage, du poison pour combattre les souris, les cafards, les fourmis…

C’est aussi ces « dentistes » munis d’une simple pince, en guise de tout matériel, et  étalant comme des trophées, des milliers de dents arrachés à de pauvres personnes dont on ignore…le triste sort .

C’est aussi ces  marchands de volaille, qui déplument les poules à même le sol, après les avoir trempées   dans des  ustensiles sales  et une  eau  noirâtre dont se dégage,  plusieurs mètres à la ronde, une odeur nauséabonde.

Le Moussem est un espace hors du temps. De là à songer à l’existence d’un réel  contrôle d’hygiène… cela doit relever du miracle.

A moins qu’il ne soit de façade, se contentant de contrôles sommaires, contre monnaie sonnante et trébuchante.

 Alors faites très attention à ce que vous achetez et/ou manger. Même la viande du méchoui est parfois d’origine douteuse. Nous n’en citons pour exemple que le nombre des têtes de chiens tués sur place, qu’on découvre à chaque fin du Moussem. Une réalité que même les élus locaux n’osent plus démentir lors des points de presse.

Alors prudence…

Et dire que ce Moussem a tout les atouts pour évoluer. Cette commune rurale, n’est-elle pas la plus riche du royaume, grâce aux taxes versées par le complexe industriel de Jorf Lasfar … !!! Alors ???

Abdellah Hanbali

Related posts

Leave a Comment