Moulay Abdallah : Qui complote contre le président et contre la stabilité du conseil ?

Par : Azzedine Hnyen    hnyen55

Au fur et à mesure que nous soulevons et dénonçons une anomalie nuisible à une gestion saine du conseil communal, d’autres  vérités surgissent fort étonnantes et très révélatrices.

La dernière en date a éclaté suite à la mise au point du 1er vice-président du DHJ, section football, concernant la pseudo ingérence de son président sur les assises de la dernière session extraordinaire du conseil communal tenue le 10/11/2016.

Et qui a vu le rejet du projet du budget communal pour l’année 2017 par 25 voix contre 20. Dont celles du 1er vice-président et d’une employée administrative au club du DHJ.

Le premier surpris a été, incontestablement, Abdellah Maârouf le président de la commission financière du conseil communal. Les décisions de la commission n’ont pas été respectées. Du moins en ce qui concerne la subvention de 2.000.000,00 dh allouée au DHJ suite à une convention de partenariat entre le conseil de Moulay Abdallah et le DHJ.

Cette subvention, au lieu de lui réserver une rubrique spéciale, comme décidé par la commission financière, a été incluse avec celle accordée aux sportives locales. Ce « détournement » met cette somme à la portée du conseil plutôt que d’être intouchable puisqu’elle est réservée à un destinataire spécifié et qui est le club du DHJ. Très vite, le président de la commission financière et quelques conseillers ont indiqué du doigt le chef du service de la régie de la commune. Ce dernier se serait disculpé en déclarant avoir reçu des ordres du 1er vice-président de la commune, Bouchaib Bengahannou alias « Daynasore »et d’autres vice-présidents de la majorité.moulay-abdellah1

Soit. Mais ce responsable ne devait- il pas aviser, tout d’abord, son président l’ordonnateur et, surtout, le président de la commission financière, le premier concerné ?

En faisant fi de ces démarches, aucune circonstance atténuante ne pourrait lui être accordée. Ne pas respecter les recommandations de la commission est une insubordination passible d’une sanction administrative.

En tous les cas, à quoi rime l’attitude du 1er vice-président et des autres de la majorité qui ont veillé sur la préparation du projet budgétaire de fonctionnement et d’équipement ?

Le but, bien sûr, était de faire tomber le projet.

Et dans quel dessein ont- ils cherché à le faire tomber alors qu’ils veillent sur la gestion directe de la commune grâce aux délégations de pouvoir accordées par le président à leurs intentions ?

Inutile d’aller par quatre chemins pour trouver une réponse. L’attitude du 1er vice-président est un complot contre le président. La gestion communale bloquée pourrait provoquer la destitution du président. Le chemin lui serait, alors, grandement ouvert pour aspirer à le remplacer. Ainsi, et pour atteindre ses objectifs, ce conseiller, réputé par ses malversations, son enrichissement illicite et ses abus de pouvoir, ne s’est point soucié des intérêts de la communauté de Moulay Abdallah. Dont particulièrement les habitants des douars de Chkhalba et d’Ouled Zid qu’on doit, impérativement, recaser pour avoir concédés leurs terres à un Office national à Jorf Lasfar.

De tels comportements de la part d’élus véreux et corrompus sont inadmissibles. On ne pourrait tolérer davantage ce vice-président qui sème le beau et le mauvais temps en toute impunité.

Vivement une inspection provinciale pour voir sur pied ses infractions graves dans le domaine de l’urbanisme !

Related posts

Leave a Comment