Méditation électorale : L’AMNÉSIE

Nos chaînes de télévision défilent à longueur de semaine les interventions des représentants des partis politiques qui concourent pour des sièges au parlement. Leurs programmes sont identiques en tout point de vue. Ils sont ambitieux jusqu’à faire rêver debout et critiques jusqu’à frôler l’offense.

Pour les promesses, ils ne citent aucune étude scientifique acceptable ni aucun projet social fondé et convaincant. Ils se rabattent sur les critiques. C’est plus facile parce que le gouvernement sortant a malheureusement déçu. Il a sapé avec une extrême cruauté les acquis de la classe moyenne et accordé avec une extrême générosité toutes les faveurs possibles et imaginables aux parlementaires, aux ministres et aux « serviteurs de l’Etat ».

Revenons aux critiques, elles sont forcément nombreuses. Leurs auteurs représentent des partis qui ont tous été, à un moment ou à un autre, à un titre ou à un autre, au gouvernement. Pourquoi n’avaient-ils pas corrigé les erreurs, combattu les injustices et amélioré un tant soit peu la situation pendant leurs mandats ? C’est curieux d’entendre, entre autre, des critiques sur l’enseignement par des candidats de partis qui ont directement géré ce dossier. Le mal de notre système éducatif ne date pas de si peu. Ils ont tous contribué à son effondrement par leurs politiques désastreuses ou par leur silence complice. Sur ce point précis, le seul discours électoral acceptable est celui qui expliquera aux électeurs comment il homogénéisera l’enseignement public et éradiquera les enseignements étrangers et privés, outils de ségrégation sociale. L’amnésie est dangereuse et inadmissible. Nous sommes désenchantés et dégoûtés mais nous ne sommes ni sots ni débiles.

Ahmed BENHIMA (eljadidascoop)

Related posts

Leave a Comment