Société justicière?

gejeun1

Par :Mouna Achiri (espacemre)

Au Maroc il y a la loi, et ceux qui s’érigent en justiciers pour faire respecter cette loi, faisant fi des instances chargées de veiller à l’ordre et à la sécurité. Ces justiciers improvisés, à l’affût du moindre manquement à leurs principes, sont assez loin de leurs tentatives premières timides de dissuasion.

Ne dit-on pas qu’on n’est pas mieux servis que par soi-même ?

Cela a commencé il y a quelques années par des menaces plus ou moins hardies envers les malheureux fauteurs de trouble public, genre les court-vêtues, les dissidents sexuels, les « bouffeurs » de ramadan. Aujourd’hui, tout le monde s’octroie un droit de regard, de jugement et de pénitence envers ceux qui heurtent leur moralité.

Le dernier incident remonte à quelques jours et témoigne d’une aggravation de l’état des esprits. Même pas le bénéfice du doute à leur souffre-douleur.

Ainsi, un jeune homme qui a eu la témérité de boire de l’eau dans la rue en plein ramadan s’est fait tabasser pour son geste. Même pas le droit à un procès équitable. La raison de son geste est son diabète qui l’empêche de jeûner. Mais ce détail, il est le seul à le connaître, mis à part sa famille et ses médecins. La victime s’est retrouvée aux urgences et a eu plusieurs points de suture, selon un médecin du centre hospitalier universitaire Avicenne à Rabat qui s’est exprimé à ce sujet dans les réseaux sociaux, dénonçant du coup l’article 222 du code pénal marocain qui suscite l’agressivité envers les « dé-jeûneurs »,  et que, légalement parlant, « rien ne donne le droit à quiconque de se faire justice ».

déjeuneurs

 Joignant  plusieurs hadiths (textes religieux) à sa position, le médecin a également rappelé que « l’emprisonnement de citoyens qui ne respectent pas le jeûne est en contradiction avec les traités des droits de l’Homme signés par le Maroc » et que « ces lois font détester la religion aux gens et s’opposent à l’esprit même de l’islam ».

Respecter le libre choix

Cet article du code pénal et beaucoup d’autres ont été conçus en 1962 et appliqués en 1963, soit quelques années après l’indépendance. « Le code pénal marocain a été essentiellement rédigé par des magistrats français restés au Maroc après l’indépendance, a déclaré une juriste au HuffPost Maroc. Il a donc été grandement influencé par le droit français (…) Les magistrats français ont rajouté quelques infractions spécifiques « pour qu’il soit vraiment marocain », à l’instar de la rupture publique du jeûne ou encore des relations sexuelles hors mariage. »

dejeun

Que faites-vous des femmes menstruées ? En couches après une naissance et des malades toutes pathologies confondues, des voyageurs ? Sont-ils aussi à châtier ? L’islam est clément et ne dit nulle part qu’il faut agresser ceux qui le contrarient, ni qu’il faut les obliger à observer ses préceptes. A moins que les justiciers improvisés soient affamés au point de supporter mal de voir les autres se sustenter…A ce moment leur foi serait discutable puisque le but du jeûne n’est pas de s’abstenir de manger mais de tester sa résistance à la privation de tout genre et d’éduquer son âme et sa foi, est-ce leur cas ?…

Related posts

Leave a Comment