uni1uni2 uni3 uni4

A l’occasion de la rentrée universitaire 2015/2016, l’Université Chouaib Doukkali en collaboration avec l’Institut Français d’El Jadida a organisé la troisième édition de l’Université d’été à la Faculté des Sciences. Cet événement qui prend forme d’année en année, devient un rendez-vous incontournable auquel participent tous les nouveaux bacheliers inscrits à la Faculté des Sciences. Il est l’occasion d’assurer aux nouveaux inscrits une meilleure intégration dans la vie universitaire à travers la programmation de plusieurs activités à la fois instructives et ludiques. Au cours d’une semaine les étudiants ont pu suivre une formation en langue et communication, assister à la projection de films et documentaires scientifiques, participer à un quiz culturel et voyager dans les quatre coins du monde à travers les plus grands fleuves sans quitter l’enceinte de la Faculté grâce à une somptueuse exposition de posters.

Les équipes de l’Université et de l’Institut ont travaillé d’arrache-pied depuis plusieurs semaines afin de mettre au point un programme riche et varié et mettre toutes les chances de réussite de leur coté.

L’Université d’Eté a eu lieu du 28 septembre au 02 octobre 2015 mais rappelons, qu’avant d’en arriver là, une autre activité, non moins importante, a eu lieu à l’occasion de la semaine des inscriptions. Tous les étudiants nouvellement inscrits devaient, pour accomplir leur inscription, passer un test de positionnement en langue française. Plus de 2700 étudiants ont passé le test pendant une dizaine de jours. Chaque étudiant se trouvait devant une machine pour répondre à une série de questions pendant 12 minutes. A la fin du test l’évaluation se fait automatiquement et l’étudiant se voit attribué son niveau. Les étudiants qui ont eu le niveau A1 ou A2, ont été invités à suivre une formation en langue et communication pendant une semaine à raison de deux heures par jour. Cette initiative se réalise conformément aux directives royales qui insistent sur la nécessité de donner beaucoup plus d’importance aux compétences linguistiques dans le cursus scolaire et universitaire des apprenants et également vient renforcer les efforts de l’Université qui tend à aider les étudiants à pallier à  leur défaillance linguistique, handicap majeur vers leur épanouissement et leur réussite. Le test de positionnement a révélé, malheureusement, que plus de 74% des nouveaux bacheliers ont un niveau de langue A1 ce qui ne leur garantit pas une meilleure compréhension de leurs cours.

Cette opération n’aspire pas à modifier le profil linguistique des étudiants en ces quelques heures mais elle sera l’occasion d’abord de faciliter leur intégration dans la vie universitaire à travers les multiples visites par groupes aux laboratoires et locaux des départements. Ensuite, les confronter dans les ateliers de langue à leur niveau de langue réel, ce qui les fera réfléchir et les inciter à doubler d’effort et se surpasser en matière de langue. Enfin, cette formation sera également l’occasion d’offrir un rêve à ces nouveaux venus dans ce monde qui leur est étrange et pleins de préjugés. Ils réaliseront à travers les multiples témoignages des personnes ayant réussi dans leurs vies et qui ont transité par l’Université et également les doctorants, que la réussite est possible. Ils écouteront des personnes qui ont eu les mêmes problèmes qu’eux au départ et peut être même plus mais qui ont pu aboutir à leur rêve. Ils comprendront ainsi que la réussite est une affaire personnelle et que si on s’y adonne à cœur rien, ne pourrait venir troubler.

Durant cette semaine plus de 700 nouveaux inscrits, notamment dans la filière Science de la Vie et de la Terre, ont pu suivre cette formation. Des enseignants de l’Université, de l’Institut Français et plusieurs doctorants, se sont succédé pour encadrer ces étudiants. Un programme élaboré par des spécialistes de l’Institut et de l’Université, leur a servi de guide.

En marge des ateliers de langue, un programme culturel a été conçu pour offrir aux étudiants la possibilité de se retrouver ensemble ce qui faciliterait leur rencontre et leur échange. Ainsi des dizaines d’étudiants ont pu suivre ensemble des films et des documentaires scientifiques. Mais les deux activités culturelles phares de cette troisième édition de l’Université d’Eté ont été le quiz culturel et l’exposition sur les grands fleuves du monde.

Le quiz culturel a été réalisé par des animateurs de l’Institut Français d’El Jadida. Un matériel spécial a été ramené pour l’occasion, offrant ainsi aux dizaines de participants des conditions réelles de la célèbre émission « Question pour un champion ». Plus de 200 étudiants ont pu suivre cette activité à la fois instructive et ludique et plusieurs parmi eux ont pu se succéder pour tester leur connaissance culturelle. Les étudiants ont passé un véritable moment de plaisir, d’amusement et d’instruction.

Au cours des journées de l’Université d’Eté et toujours en collaboration avec l’Institut Français d’El Jadida, la Faculté des Sciences, a eu le privilège d’abriter une somptueuse exposition de posters. Cette exposition, réalisée par l’Institut de Recherche pour le Développement, a permis aux étudiants de partir en voyage dans les quatre grands fleuves du monde qui étaient à l’origine de la naissance de grandes civilisations. Le Rhône et sa Civilisation du Bronze ancien (2200-1600 av. J.-C.) ; l’Amazone et ses multiples civilisations, la dernière découverte fut révélée, il n’y a pas longtemps, par un groupe des chercheurs de l’IRD : Les datations de fouilles d’un monument sur un site de la province Zamora-Chine chipe, à la frontière du Pérou, témoignent de l’existence, il y a plus de 4000 ans, d’une société antérieure aux occupations humaines connues jusqu’à lors. Le Mékong et sa civilisation de Fou-nan, dans le delta du Mékong et des vestiges allant même jusqu’à l’Empire romain, le Niger berceau de la culture africaine. Si toutes ces civilisations se sont développées tout au long de ces grands fleuves, cela démontre leur intérêt vital dans l’histoire humaine.

L’exposition a souligné, d’un côté, ce caractère vital et nécessaire dans la vie économique et sociale des occupants des bassins. Cependant, Ces grands fleuves de la planète, par les ressources qu’ils apportent et les moyens de transports qu’ils représentent, sont non seulement essentiels au développement mais également participent de manière vitale à l’équilibre écologique des régions qui longent le fleuve voire même à l’équilibre de notre planète. A travers les siècles ces grands fleuves ont résisté et ont su s’adapter avec les caprices de notre Dame Nature. Les différents  phénomènes météorologiques ont certes une influence sur les bassins fluviaux mais la nature a toujours su se régénérer et tirer profit de ces catastrophes.

Depuis quelques années, on assiste de plus en plus à de nombreux épisodes de crues ou d’étiages, plus fréquents et plus intenses sur l’Amazone, le fleuve Niger, le Mékong ou le Rhône. Ces bouleversements entraînent des pertes de biodiversité dans ces milieux, abîment ou détruisent les infrastructures et perturbent les activités de pêche, d’agriculture et d’approvisionnement en eau des villes.

Cette exposition se donne pour mission, d’un autre côté, de montrer l’impact du changement climatique sur ces grands fleuves. Elle recense les multiples dégradations engendrées par les divers phénomènes météorologiques (El Niño, la Nina, les moussons africaines et asiatiques, les sécheresses, les ouragans…} qui deviennent de plus en plus fréquents et intenses et sonne l’alarme quant au danger éminent qui menace les bassins fluviaux à cause de l’accroissement de la pollution responsable direct du réchauffement climatique.

Les responsables de la Présidence, le Directeur de l’Institut Français d’El Jadida et les responsables de la Faculté des Sciences ainsi que plusieurs enseignants, ont tous assisté à la séance de vernissage ce qui a excité la curiosité des étudiants pour visiter cette exposition. En effet, tout au long d’une semaine, des dizaines d’enseignants et d’étudiants se sont succédé pour visiter cette exposition qui pourrait intéresser tout le monde de part le caractère universel du sujet qu’elle traite mais sûrement intéresserait des scientifiques. L’ensemble des visiteurs ont été tous sensibles à ce sujet ce qui a amené Monsieur le Doyen de la Faculté des Sciences à considérer cette année universitaire 2015 /2016 année de la protection de l’environnement à la Faculté des Sciences. Aussi, plusieurs conférences et documentaires scientifiques, qui s’inscrivent dans la même thématique, seront programmés tout au long de l’année.

L’Université Chouaib Doukkali, l’Institut Français d’El Jadida et la Faculté des Sciences peuvent se féliciter de la réussite de leur troisième édition de l’Université d’Eté qui inaugure l’année universitaire 2015/2016. De part le nombre d’étudiants encadrés et la richesse des activités culturelles programmées, il est clair que les objectifs tracés ont été atteints. Maintenant que cet événement a pris sa vitesse de croisière, il faut l’exploiter davantage et en faire adhérer tous les établissements de l’Université. La rentrée universitaire est le moment propice pour installer une nouvelle culture universitaire qui prône le partage et la fraternité; apprendre aux étudiants à s’instruire sans négliger la distraction et le côté culturel.

 

https://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/10/uni4.jpghttps://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/10/uni4-150x150.jpgadminsEn vogueA l’occasion de la rentrée universitaire 2015/2016, l’Université Chouaib Doukkali en collaboration avec l’Institut Français d’El Jadida a organisé la troisième édition de l’Université d’été à la Faculté des Sciences. Cet événement qui prend forme d’année en année, devient un rendez-vous incontournable auquel participent tous les nouveaux...Source de L'information Fiable