Des victimes du Coronavirus au Parc d’Expositions Mohammed VI d’El-Jadida ? Et quoi encore… ?

Édifie  à quelques encablures de Casablanca, ce Parc avait d’abord pour but, de servir de lieu d’organisation pour le Salon du Cheval, mais aussi et surtout, de pouvoir abriter la majeure partie des foires et expositions organisées, jusqu’alors, dans des lieux assez vétustes et exigus de la capitale économique.

Mais devant la résistance des élus casablancais, qui voyaient en la délocalisation de leurs foires et expositions vers ce lieu, la perte d’une manne d’argent qu’ils percevaient en taxes, le Parc d’Expositions Mohammed VI, et en dépit des sommes colossales qui y ont été investies, continue, faute de mieux, à se contenter de la seule semaine du Salon du Cheval.

Et à l’exception de deux événements qui y ont lieu, en plus de dix années d’existence (réunion des avocats du royaume et celle du parti dit le PAM), ce Parc continue à tourner à perte et à représenter un véritable point noir (un de plus) dans la gestion des deniers publics.

Certes, en cas d’ « utilité publique », tout  édifice peut être réquisitionné pour servir à telle ou telle autre cause nationale. Mais voir ce joyau, qu’aucune autre ville du royaume ne peut s’enorgueillir d’en posséder pareil, sombrer dans la décrépitude et l’anonymat le plus total, nous rend triste et…amer.

Qu’on n’y pense à ce prestigieux Parc, que pour « parker » des malades du coronavirus, dénote de l’incompétence de ceux censés veiller à sa bonne marche, pour ne pas dire, à sa rentabilité et…à l’argent du contribuable.

Cela dénote aussi un flagrant manque de coordination interministérielle et des décisions prises sans véritables études préalables.

En espérant que ce prestigieux édifice trouve les véritables Hommes, à même de le faire tourner tout au long de l’année, à l’instar de notre théâtre Afifi, de notre centre culturel et bien d’autres édifices, à bon entendeur…

Abdellah Hanbali     

Related posts

One Thought to “Des victimes du Coronavirus au Parc d’Expositions Mohammed VI d’El-Jadida ? Et quoi encore… ?”

  1. Ahmed Benhima

    Vous l’avez dit: « Sans étude préalable ». C’est ça le problème. On construit, on engouffre des sommes colossales et seulement après, on se demande ce qu’on peut y faire , ce qu’on peut en faire. Cette démarche irrationnelle n’est déjà pas acceptable chez les particuliers, qu’en est-il lorsqu’il s’agit de l’Etat? Il n’y a pas mille solutions. Il faut écarter les responsables limités et incapables et confier la gestion de cet édifice à des gens compétents et imaginatifs. Il faut apprendre à réfléchir, à planifier pour le moyen et le long termes, à calculer le rapport investissement rentabilité, en termes d’intérêt et d’argent avant d’engager des budgets phénoménaux. Cela requiert le bon sens logique et le sens civique.

Leave a Comment