L’ASSOCIATION DES DOULLALA A l’heure de l’environnement

doukk

Par : Chahin Ahmed

Signe des nouveaux temps. Les changements climatiques et tout ce qui en découle comme bouleversements et déséquilibres de notre fragile milieu vital  sont aujourd’hui plus que jamais à l’ordre du jour. L’heure dépasse les balbutiements de circonstances et les hésitations intéressées des uns et des autres. Elle fait surtout appel à l’acte raisonné et à la mobilisation réfléchie de toutes les énergies humaines pour atténuer les fortes et accablantes pressions qui ne finissent pas de souiller notre bol d’oxygène. Les alertes plus au moins catastrophiques qui fusent en continu au niveau de différentes partie de notre globe, sont autant d’indicateurs qui n’ont nul besoin d’une énième lecture afin d’amener tout un chacun de nous à libérer ce qui lui reste de fibre conscience en osant confronter ses propres comportements et reconnaître ses réalités vis-à-vis d’un environnement partagé.

Aussi, cet air d’actualité dont le souffle revigorant nous arrive de Paris, qui  vient d’accueillir  la «Semaine africaine de l’UNESCO», organisée sous le thème : «La femme africaine face au défi climatique».   Un événement annuel dont le coup d’envoi a été donné par  Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnaa, désignée marraine de l’édition 2016 par le groupe des ambassadeurs africains accrédités auprès de l’UNESCO et succédant  de ce fait à de grandes personnalités africaines nobélisées comme Nelson Mandela,Wagari Maathai et Boutros Boutros Ghali.

La désignation de la Princesse Lalla Hasnaa comme marraine de la semaine africaine de l’UNESCO, consacre son implication  et son engagement militant en faveur de la Protection de l’Environnement. C’est également la reconnaissance des actions volontaristes que ce soit en matière d’amélioration de la qualité de l’air ou encore de la protection du littoral, entreprises par la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement, dont la Présidence est assurée par la Princesse.

L’autre volet de cet élan pour la préservation d’un environnement sain et viable et qui s’inscrit sous le signe de «  La conférence de l’action », a trait à la COP 22 (une conférence annuelle sous l’égide des Nations Unies) qui sera organisée à Marrakech en Novembre 2016, sous le thème « l’ atténuation aux effets du changement climatique et l’innovation en matière d’adaptation », et dont la mission selon les organisateurs est de « développer des outils opérationnels dans le cadre du plan Paris-Lima puis Paris-Marrakech ».

Ainsi donc, c’est dans cette atmosphère environnementale, fortement chargée d’espoir, de détermination et de crédible volonté que vient s’insérer entre deux événements majeurs (Semaine Africaine de l’UNESCO et COP 22), l’incontournable semaine de l’environnement qui représente le fer de lance ayant couronné depuis 2007 les multiples activités aux- quelles s’est attachée l’Association des Doukkala, sous la Présidence de M. Abdelkrim Bencharki.

Une manifestation qui porte en elle toute la symbolique de l’heure, puisque d’une part elle sera rehaussée le Patronage d’Honneur de son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnâa, marraine de l’édition 2016 de la semaine Africaine de l’UNESCO et d’autre part, elle inscrit le déroulement de ses travaux dans le sillage de la COP 22, d’où elle puise son thème : « Doukkala fête la COP 22. Vers une nouvelle gouvernance de la mer et du littoral : Défis et perspectives du développement durable des zones côtières. »

A souligner que cette nouvelle édition 2016 de la semaine de l’environnement qui est à sa 10ème dimension, se tiendra du 1er  au 4 Juin en partenariat avec l’Université Chouaïb Doukkali d’El Jadida. Les deux premières journées seront dédiées à des conférences autour de la thématique de la mer et du littoral. On y débâtera aussi des changements climatiques et gouvernance des littoraux du littoral et sa législation, ainsi que de biodiversité et ressources marines. La suite du programme tel que tracé par les organisateurs, consacrera les deux dernières journées aux activités de sensibilisation et de manifestations sportives et culturelles à connotation environnementale.

Il nous est difficile de conclure cette information, sans mettre en évidence que l’Association des Doukkala a joué depuis toujours le rôle précurseur en matière  d’environnement que ce soit à travers des débats autour des problématiques locales, nationales ou d’ordre universel, sans omettre d’accorder à la sensibilisation une place importante souvent de grande envergure, au bénéfice des jeunes générations qui représentent encore une matière malléable et toujours prédisposée à assimiler certaines valeurs tout en s’appropriant des meilleurs comportements pourvu qu’on leur accorde l’opportunité d’une approche accrochée sur de bonnes bases.

Le choix d’une aussi lourde mission qui a mobilisé l’Association des Doukkala durant une décennie n’est donc ni fortuit et encore moins le fruit d’un quelconque hasard. C’est une véritable conviction et un engagement imprégné de la sagesse des grands, ceux qui, au-delà des mille et une petites tracasseries quotidiennes, conservent toujours au fond d’eux même  ce souci que revêt l’importance de la protection de notre environnement, nos ressources naturelles, somme toute notre sphère vitale  et celle de ceux qui nous suivent .

Related posts

Leave a Comment