Par Driss Tahi 

Sous le thème FER A CHEVAL 

La deuxième édition de la série « Art et Poésie  » dont le vernissage a eu lieu à la galerie Abdelkebir KHATIBI le vendredi15 novembre consacrée à l’artiste Mustapha Akil , a connu un prélude en poésie au théâtre de la cité portugaise, en présence du directeur du théâtre le comédien et acteur Hicham Bahloul, et un public d’amateurs , de journalistes, et d’amis .

La soirée a été animée par le luthiste Abdellatif Ouadaa, et présentée par le poète Mohamed GABI. 

Des mots en hommage à Mustapha Akil, et des critiques sur les œuvres , et la vie de cet artiste ont été lus par des amis de ce dernier, dont Saïd ETTACHFINI, Driss Tahi, Lucy Guillaud. 

Des poèmes aussi ont été déclamés à l’occasion par Hassana Addi, Mohamed GABI, Saïd Etachfini, Rachida Mihdad, Driss Tahi , Hassan Houssari ,et Hassan Attari.

Organisée par l »Association des amis IBN ZAIDOUN en partenariat avec la direction provinciale de la culture, de la jeunesse et des sports, avec la fondation Abdelouahad El kadiri, et l’association rencontres des cultures. 

Il n’est pas facile de cerner la personnalité artistique de Mustapha Akil , pour la simple raison qu’elle est indéfinissable, voire inclassable. 

De même qu’il est difficile de brosser son portrait biographique en quelques mots, étant donné que son parcours artistique lui aussi , est quelque peu complexe , emmêlé, et ses réalisations sont très nombreuses et diversifiées. Il est sculpteur, portraitiste, peintre plasticien , installateur, et photographe.

C’est un autodidacte , qui s’est fait certes tout seul .qui a tout appris sur le tas , en sculptant le bois, le marbre , mais aussi en travaillant l’acier, et le fil de fer, en réalisant des installations artistiques en menuiserie métallique , en cuivre , en bois , et surtout avec des matériaux de récupération . C’est aussi un soudeur, un maréchal Ferrand, d’où le symbole du fer à cheval qu’on remarque sur ses oeuvres comme une signature. 

il a les les doigts d’un artiste ,et les mains rugueuse d’un manoeuvre, quand il vous serre la main, vous remarquez sûrement ça. 

Quant à ses toiles , ce sont des représentations figuratives ou abstraites , ou les deux en même temps. Qui malgré leur beauté, et la profondeur de leurs expressions, ne comptent pas que sur les les couleurs , et leurs effets . 

A ce propos, il me confia: 

<<les couleurs viennent à moi, toutes seules par la suite , après que l’oeuvre ait pris forme ,et parfois elles s’imposent d’elles même, comme une nécessité esthétique >>.

On remarque de prime abord que les oeuvres de Akil abordent différentes thématiques . les techniques employées, et les matériaux qu’il utilise différent d’un ouvrage à l’autre, et sont souvent aussi ingenieux , que curieux ,et bizaroides .

Mustapha Akil, en quelques sorte ne peint pas , et ne sculpte pas non plus, pour ainsi dire , il travaille ses oeuvres, à la manière d’un artisan , mais avec acharnement et une grande passion, avec une attention particulière et avec obstination, comme s’il réalisait sa dernière création, en y mettant surtout beacoup d’amour, 

Il prend le temps qu’il faut pour accomplir ce qu’il considère comme un voeux ou un rêve ,sans se presser, pour la simple raison qu’il y trouve un plaisir immense, d’autant plus qu’il n’est pas du tout tenu de livrer son oeuvre dans les délais à un quelconque client, ou un commanditaire. 

Une oeuvre pour selon lui , est tellement chère , et sacrée, qu’il convient de la traiter comme un nouveau né . 

Par ailleurs ,il ne considère jamais un de ses ouvrages comme complètement achevé , il peut le ressortir , à n’importe quel moment, après des mois ,ou même des années, parfois juste pour y ajouter un détail, qui revêt pour lui une certaine importance. 

Ceci explique son attachement à toutes ses créations , et l’attention je dirais, presque maternelle qu’il leur accorde . 

Mieux que ça , il n’arrive jamais à s’en séparer .

<< mes toiles , me disait il , et mes sculptures sont une partie de moi , et 

chacune d’elles , est une pièce unique , du coup, le fait de les garder en ma possession, permet à beaucoup de gens de les voir, quand ils le veulent , et de les admirer à l’occasion de mes expositions , contrairement à ce qui peut se passer si je m’en sépare. >> 

D’aucuns diront qu’il est Possessif .. oui , peut-être, mais… telle est sa philosophie. 

Mustapha Akil est aussi un passionné de collection. Ce sont les objets miniatures, les bibelots, et autres objets décoratifs ,qui sont en réalité d’une finesse et d’une beauté impressionnante , tous conçus et façonnés par lui même , dont certaines pièces sont là, depuis plus de trente ans, toutes exposées aujourd’hui un peu partout sur les nombreuses étagères, et les présentoirs qu’on trouve dans sa maison , dans sa bibliothèque aussi , ce qui témoigne aussi de l’importance que l’artiste accorde à la collection des objets d’art.

Au fait , pour mieux connaître Mustapha Akil l’artiste , il faudrait faire connaissance avec son monde à lui , une partie importante de sa personnalité , son univers , son atelier, et sa maison qui est un veritable musée, dont tous les murs, les escaliers, la cave , sont à jamais réquisitionnés en faveur de l’art , et lui servent de cimaises.
Les toiles, les cadres, et les chevalets, en plus d’un tas d’autres accessoires, accaparent le moindre espace libre , et campent aussi bien dans la chambre à coucher , qu’à la cuisine . Certaines oeuvres semblent en vie , et ne font que dormir en attendant que le maître viennent les réveiller…Pour une séance de peinture, ou de ciselage .
Tout cela dans un beau désordre qui ressemble à celui d’une boutique d’antiquaire , ou de marchand de tapis , et d’objets rustiques, dans l’un de ces bazar qu’on trouve en perse, ou ailleurs dans les rêves .
Pourtant cette situation ne derrange apparemment personne dans la famille, au contraire… en somme , chez Akil et sa famille, tout baigne dans l’huile, ou tout baigne dans la peinture à l’huile, ou plutôt, tout baigne dans l’art, et la beauté bien sûr .

https://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/11/FB_IMG_1573310639739.jpghttps://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/11/FB_IMG_1573310639739-150x150.jpgadminsActulaitésPar Driss Tahi  Sous le thème FER A CHEVAL  La deuxième édition de la série 'Art et Poésie ' dont le vernissage a eu lieu à la galerie Abdelkebir KHATIBI le vendredi15 novembre consacrée à l'artiste Mustapha Akil , a connu un prélude en poésie au théâtre de la cité portugaise, en...Source de L'information Fiable