La valse des entraîneurs : « Toshack remercié par le WAC ! »

Par: Abdellatif Cherraf   cherraf

Récemment, juste après la cuisante défaite du WAC sur le score de 4 buts à rien  face à l’Ahly Zamalek en demi-finale de la ligue des clubs champion ; le coach John Toshack a été remercié par les responsables du grand Widad de Casablanca, 4 heures après !

toshack1

 Et pour cause ; après le titre de champion de la Botola Elite « PRO », Toshack et le WAC repartirent sur des chapeaux de roue, emportés par des millions de supporters, la saison écoulée mais voilà que ça a dérapé à la ligne droite où Oualid Régragui et son FUS damèrent le pion et au WAC et aux autres clubs qui prétendaient à ce titre de champion. Ce scénario bien joué par les poulains de Oualid Régragui a surpris plus d’un sauf, peut-être, le coach et les responsables du FUS qui ont su travaillé dans l’ombre pour décrocher leur premier titre de la botola. Ce succès sera gravé dans l’esprit de Toshack qui n’a pas su négocié et géré comme il se doit la course du WAC et en Coupe du Trône, éliminé par le MAS des grands jours et à la champion’s ligue où il est presque éliminé par un Ahly Zamalek qui ne s’attendait pas du tout à un Widad du grand Casablanca perdu dans le labyrinte « Tosnack » ! En effet, pratiquement tous les supporters des « rouge et blanc » ne comprenait pas pourquoi les grandes recrues du club restaient sur le banc des remplaçant dans un grand match où la finale n’est qu’à un pas ! La marginalisation de Brahim Nekkache à un moment donné a couté chère à Toshack qui ne doit s’en prendre qu’à lui-même car quelque part il a négligé ce match « aller » de la demi-finale où il a présenté une formation fragile et prenable à tous les niveaux ! Faut dire que l’absence de Zouhire Laaroubi, bloqué au Maroc pour des raisons administratives a aussi compliqué la situation du WAC… Aujourd’hui, plus que jamais, il serait souhaitable d’attendre l’après-match retour pour solutionner le problème de l’entraineur. Il parait que les dossiers des entraineurs ; Zaki Badou, Aziz Amri voire un coach étranger, sont sur la table du bureau du président du WAC ! Et pour clore, une victoire face à nos amis du Zamalek de 5 buts à rien nous fera beaucoup de bien. Un rêve difficile à réaliser mais pas impossible.

 

Related posts

Leave a Comment