La grande prison dans la prairie: Transfert du pénitencier agricole de l’Ader

adir

Najib EL Idrissi- El Jadida Scoop.

Nous venons d’apprendre que l’Administration Pénitentiaire vient de prendre la décision de transférer la prison agricole d’El Ader située entre El Jadida et Azemmour dans un autre lieu proche de l’actuel, en l’occurrence la commune rurale des Ouled Rahmoune. La raison serait l’extension du périmètre urbain d’El Jadida eu égard au plan d’aménagement du territoire qui concerne non seulement cette ville, mais Azemmour et autres localités de la région.

Le pénitencier d’El Ader compte parmi les plus grandes prisons agricoles du pays. Créé en 1919, il est établi sur 1550 hectares et occupe une zone idéale pour l’extension de la ville en vue de la constitution d’un grand pôle urbain pour mieux désengorger la ville. Ce pôle englobera notamment Azemmour eu égard à la création d’un pôle urbain qui compte d’autres facilités et services.

Sauf que l’inconvénient est qu’il se trouve actuellement dans une zone qui a connu un développement touristique notoire et bloque,  dans une certaine mesure, la création d’un pôle de développement urbain nécessaire à El Jadida, un poumon pour cette ville en quelque sorte. D’autant plus que cette prison agricole s’est éloignée de ses missions premières; à savoir la préparation des prisonniers à l’intégration sociale et économique une fois leur peine purgée.

De plus, l’augmentation de la population carcérale à amené l’Administration pénitentiaire à affecter des prisonniers à cette prison dont le profil ne correspond pas à ses missions primaires.

A rappeler que le pénitencier agricole d’El Ader est intimement lié à l’histoire de la résistance et du mouvement national au Maroc. En effet, nombre de résistants ont été emprisonné à El Ader et certains ont purgé la peine capitale. Parmi ces derniers, on peut citer Houmane El Fetouaki de son nom Mohammed Ben Brik ben Brahim qui a été exécuté le 9 Avril 1955, refusant au moment de son exécution de se laisser bander les yeux et préférant  affronter la mort avec courage.

Par ailleurs, lors des commémorations de la Fête de la Révolution du Roi et du Peuple qui coïncide avec la date du 23 Août 1953 marquant l’exil de Feu Mohammed V à Madagascar, cet événement est célébré également dans la prison d’El Ader. Tel était le cas notamment  en 2009 en coordination avec le haut Commissariat aux Résistants et Anciens Membres de l’Armée de Libération. Ceci étant, qu’adviendra-t-il de tout un pan de notre histoire contemporaine de la résistance, du mouvement national,  de ces célébrations et même des dépouilles de certains résistants exécutés sur place si elles existent encore?

Les milieux concernés devraient penser à des options sur ce sujet, au mon une stèle commémorative qui restera sur place pour la postérité.

chouhada-2

Tombes des Chouhadas  à l’interieur de la prison d’ El Ader

Related posts

Leave a Comment