Islam: Entre préjugés et ignorance

islam.0

Par : Mouna Achiri -espacemre-

Avons-nous besoin de nous justifier à chaque fois qu’une attaque armée se perpétue, revendiquée ou pas? Aucunement, en dépit des similitudes physiques entre les kamikazes et de nombreux musulmans, qui se remarquent au niveau de la barbe, des drapeaux affichant des messages ou des noms saints, du motif même de l’attentat, leurre que les plus avertis savent éplucher.

Ne pas nous justifier ne veut pas dire réconforter le monde  – occidental notamment –  dans ses fausses croyances véhiculées par certaines parties ayant à cœur de ternir l’image de l’Islam qui dérange et attiser l’animosité contre les musulmans, question de servir leurs intérêts économiques et militaires, -et renforcées par les médias.

Chacun de nous est responsable de l’image que se font les autres de nous. Nous contribuons, nous citoyens  lambda, à petite échelle et par des gestes et actes de tous les jours à dorer notre renommée ou à la ruiner davantage. Prenons un exemple qui ajoute son grain de sel à un acte religieux normal pour tout musulman: le sacrifice du mouton, mais que d’autres qualifient de cruauté envers les animaux malgré le fait que le rite soit programmé de façon à ne pas faire souffrir l’animal. Il faut se rappeler  les procédés d’abattage des animaux dans certains pays et qui peuvent  être parfaitement barbares à l’instar du massacre rituel des dauphins au Danemark, rite qui marque le passage à l’âge adulte des jeunes garçons, pour ne citer que cet exemple.

L’ancrage des préjugés

Récemment, une vidéo postée sur un réseau social qui montre un mouton qu’on sacrifie pour l’Aïd au Maroc a fait fureur sur la toile.  L’abattage s’étant passé maladroitement, la bête ne meurt pas sur le coup mais se relève et trottine, tout en sang, dans la cour, sous le zoom du cellulaire accompagné de commentaires d’une fille amusée. De quoi renforcer l’idée de brutalité des musulmans envers les animaux.

Allons cette fois vers les convictions religieuses qui peuvent se contredire parfois et qui peuvent traduire une vraie hypocrisie, à moins qu’elle relève d’une schizophrénie…Les fêtes chrétiennes ou païennes telles que Noël et Halloween poussent certains musulmans à interdire à leurs enfants de fréquenter la garderie afin d’éviter les cantiques, les bricolages, les dessins et autocollants de Noël. C’est un choix personnel mais qui se révèle contradictoire quand ces mêmes parents acceptent les paniers de Noël offerts par les églises et les organismes communautaires ainsi que les friandises et babioles pour leurs enfants. Ils refusent que leurs enfants se déguisent pour Halloween mais accourent pour récolter les bonbons que  leur offre l’adorable petit lutin ou la belle Cendrillon…

Alors si des psychopathes armés et dangereux soudoyés pour nuire à l’image de l’islam tels que Boko haram et Daech ou des particuliers qui agissent sous couvert de l’islam pour accomplir des délits et les attribuer à d’autres et ainsi échapper à la justice, il incombe à chaque musulman de corriger cette impopularité qui va crescendo à force d’actes haineux attribués à qui mieux mieux et de montrer au monde le vrai visage d’une religion débonnaire, généreuse et tolérante.

Related posts

Leave a Comment