FOOTBALL : « L’EQUIPE NATIONALE NE DOIT PAS DORMIR SUR SES LAURIERS »

Par : Haj Abdellatif Cherraf    cherraf

Amen, comme dirait l’autre, si l’on considère ce titre comme une prière !

C’est vrai qu’on a pris l’habitude de prier à tout bout de champ, mais il faut aussi savoir regarder la réalité en face. Notamment, lorsqu’on vient, après une longue hibernation, de se retrouver sur la première marche du podium africain. Allusion faite à la qualification du onze national à la CAN 2017 au Gabon, suite aux deux victoires (aller et retour) face au Cap Vert.

arabi

 El Arabi, auteur de 3 buts contre les cap-verdiens

Ce succès est immense pour tous les marocain. Et pour cause, ça fait, j’allais dire, belle lurette, mais ça fait sans exagération, pour ne pas être utopique, trente années que les marocains attendaient une telle occasion pour voir briller l’étoile verte marocaine sur le continent africain. Rappelez-vous la CAN 76 à Addis-Abeba où l’équipe marocaine ne comptait dans ses rangs que des joueurs locaux et deux  grands  hommes ; le feu colonel Bel Majdoub comme responsable direct du groupe et le grand entraîneur roumain, Mardarescu. Même l’infrastructure laissait à désirer mais le résultat était là. Palpable, une précieuse Coupe Africaine fêtée à travers le royaume. Merci donc à tous les héros de cet exploit que tout un chacun en souhaiterait qu’ils récidivent. N’est-ce pas messieurs  de la FRMF et coach  Hervé Renard ?

Mais que dire aussi de la commission technique qui commence à rouler les mécaniques, suite au changement de l’entraineur et du résultat obtenu !

Cependant, qu’on le veuille ou non, Badou Zaki a fait le bon ménage au sein de l’équipe nationale et on tient à le remercier, ne serait-ce que pour cela !

Aussi, membres fédéraux, commission technique et  coach sont interpellés à ne pas dormir sur leurs lauriers. Car les choses sérieuses commencent aujourd’hui et l’équipe nationale est appelée à vaincre et à convaincre face respectivement à la Libye, le 3 juin 2016 et à Sao tomé-et-principe, le 2 septembre 2016. Ces rencontres,  en plus de quelques  matchs amicaux, auront pour rôle de confirmer et convaincre.

Gagner deux matchs contre une même équipe, ne doit pas, même au risque de me répéter, pousser le onze national à dormir sur ses lauriers.

 

Related posts

Leave a Comment