Football : Le parti- pris de Radio Mars

dhj-rsb22

Par Azzedine Hnyen   hnyen55

Étrange et inadmissible comportement de plusieurs journalistes, commentateurs et consultants de la chaîne radiophonique privée Radio Mars. Une radio qui prétend veiller sur le développement de notre sport, en général, et de notre football, en particulier, et auquel il accorde la totalité de ses émissions.  Lesquelles émissions sont animées par des consultants presque tous de Casablanca. Dont des entraîneurs débutants remerciés  faute de réussite. Comme si le football marocain manquait de spécialistes chevronnés en la matière.

Mais le comble de malheur, est le parti- pris de beaucoup d’entre eux qui n’hésitent pas à déclarer leur grand amour à leurs équipes de préférence : WAC et  Raja. Pire encore ! Ils refusent catégoriquement de reconnaître l’émergence d’autres équipes qui rivalisent sérieusement avec leurs équipes fétiches. Comme c’est le cas pour le Difaâ Hassani Jadidi et à un degré moindre la Renaissance de Berkane.

Comme c’était le cas, ce lundi 24 avril, de Saïd Saddiki qui n’a pas avalé la victoire du DHJ face à la CR d’El Houceima. Pour lui, le but d’ Ayoub Nanah était providentiel et le fait d’un mauvais placement des défenseurs de Youssef Fertout. Or, si « notre savant » s’était donné la peine de voir le match ou de revoir ses séquences, il aurait vu que le but a été marqué suite à une très belle action collective menée, uniquement, à trois touches de balle. Coulibaly, des 18 mètres jdidis, remet le ballon à Bamâmare au milieu du terrain qui le remet rapidement à  Lamine Diakité. Ce dernier se lança pour pénétrer dans la surface de réparation adverse. Cette action déstabilisa les défenseurs qui avaient songé à le stopper. Diakité repiqua vers la droite pour donner, intelligemment, le ballon à Nanah. Ce dernier, profitant de la déstabilisation des défenseurs qui avaient pensé à plaquer Diakité et constatant la mauvaise position d’El Had, a botté, fortement et avec une précision inouïe, le ballon dans la lucarne. Une action et un but de toute beauté. Saïd Saddiki devait saluer, également, la persévérance des joueurs qui, malgré les très nombreuses actions ratées devant un gardien des grands jours, dont un pénalty raté, ont continué à croire à la victoire.

A aucun moment, ils n’avaient baissé les bras. Au contraire, ils avaient acculé leurs adversaires à se défendre. Combien d’équipes joueront- elles animées de cette rage de vaincre Mr Saddiki ?

Cet exemple n’est qu’un parmi tant d’autres. Car pour Radio Mars, le football n’existe qu’à Casablanca : au Raja et au WAC, et que seules ces deux équipes méritent la consécration finale.

dhj-rsb22

Related posts

Leave a Comment