El Jadida, ville chargée d’histoire, mais qui semble pourtant ne pas conserver de mémoire..

Le bâtiment de Bank Al Maghrib,  celui des PTT, l’immeuble Cohen, la Trésorerie Générale, la Cité Portugaise, le théâtre Afifi, l’hôtel Marhaba et bien d’autres chefs d’œuvre encore sont tous des atouts architecturaux et urbanistiques qui font indéniablement la richesse culturelle dont dispose notre Mazagan. Mais qu’en est-il de ce patrimoine dans l’espace urbain jdidi? Est-il bien sauvegardé et  valorisé à bon escient  ? Est-il vraiment exploité de manière intelligente surtout lorsqu’on sait qu’une telle richesse donne au tissu urbain toute sa beauté ? Autant de questions auxquelles on ne peut répondre que par la négative et sur un ton n’annonçant guère de l’assurance..

En effet, l’amertume,  la tristesse et le malaise envahissent le simple citoyen amoureux de sa ville comme le plus fin des observateurs quand il s’agit de dresser un état des lieux sur la situation  du patrimoine culturel jdidi..

 Malheureusement, le constat est plus qu’amer. Dans cette malheureuse ville qui pleure sa grisaille et sa décrépitude, le passé ne communique plus avec le présent qui n’éclaire plus l’avenir.. Si les citoyens et certaines associations ont tiré la sonnette d’alarme depuis longtemps pour qu’il y ait un sursaut d’orgueil ou d’honneur pour sauver ce patrimoine qui représente un pan incontournable de l’identité de la ville, les responsables par contre semblent agir avec une indifférence exaspérante face à cette réalité affligeante.. Si les édifices de Bank Al Maghrib, et des PTT résistent encore , il n’en est pas de même pour les autres constructions dont la ville s’enorgueillissait . C’est ainsi que l’immeuble Cohen illustre à lui seul cette déchéance..Ce lieu chargé d’histoire et de mémoire souffre aujourd’hui du manque d’une véritable prise en charge qui aurait pu lui épargner la désuétude dont il souffre actuellement..

 Construit en 1914, et appelé hôtel de la poste, où fut installé le premier bureau de poste de la ville , c’est un véritable bijou architectural qui mérite d’être restauré ,  sauvegardé  et proposé à l’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO . Avec sa belle architecture ouvragée de stucs et de fausses colonnes, de chapiteaux, de corniches, de feuilles d’Acanthe, de balcons en demi-lune… , ses boiseries entièrement en bois de cerisier et sa belle façade  n’est-il pas digne de faire office de musée du patrimoine de la région ou bien être consacré aux beaux arts, au lieu d’être livré au pic des démolisseurs pour en faire un bâtiment sans âme et sans charme ?

Le bâtiment qui abrite les services de la trésorerie générale d’El Jadida, sis place hansali, est en train de souffrir des affres du temps, et de l’indifférence de qui de droit avec ses murs et ses fenêtres en continuelle déliquescence, le drapeau national en lambeaux, et le comble  de la laideur, c’est le souk quotidien des ferrachas qui squattent ses trottoirs avec tout ce que ça évoque comme désordre, saleté et chaos , une honte à ce lieu censé être une administration..

Tous les jdidis éprouvent un sentiment d’amertume et un haut-le-cœur devant l’état actuel du majestueux théâtre Afifi, et la pissotière à ciel ouvert que sont devenus ses murs, ainsi que celui de la cité portugaise, qui , malgré son inscription au patrimoine mondial, voit ses murailles enlaidies par des constructions anarchiques…Sans parler de l’ancienne municipalité qui s’est transformée au fil des jours en un réel dépotoir à quelques encablures du temple des « mauvaises décisions ».. N’oublions pas non plus le mythique hôtel Marhaba, qui a connu des jours meilleurs de faste et de gloire, et qui , aujourd’hui , emmuré et amputé de sa passerelle qui donnait sur la plage , est abandonné à son triste sort dans  l’indifférence la plus totale,  devenu un antre pour les drogués et les SDF…

A quand une prise en charge et une valorisation de ce patrimoine en déperdition, actions qui devraient être normalement inclues dans le processus du développement urbain de la ville ? Car une ville dépourvue de son histoire et de son patrimoine est une ville morte et Mazagan ne mérite pas un tel sort irresponsable..

Khadija Benerhziel

Related posts

Leave a Comment