Certes les déchets et ordures qui jonchent la ville d’El Jadida n’est plus un sujet tabou. Tout le monde se lamente et incrimine les communes de ne pas accomplir cette mission qui leur incombe : veiller à la propreté et à la salubrité de ville.

Mais ce qui semble échapper à tous, c’est que si les ordures jonchent les rues, c’est aussi parce que les citoyens s’en débarrassent anarchiquement.

Entre manque de civisme et perte de confiance en l’Etat, on ne cesse d’assister à ce débat durant lequel chacun jette la pierre à l’autre.

Or si l’on pousse l’analyse un peu plus loin, et aussi si l’on remonte un peu plus dans le temps, on constate que cet état de choses a débuté durant les années 80, quand le Maroc a connu des années de rude sécheresse.

En effet, le manque de moyens dans le rural et l’insuffisance, pour ne pas dire l’inexistence d’alimentation du bétail, faute de pluies, a conduit les petits agriculteurs à rechercher d’autres alternatives pour nourrir leur cheptel. Certains ont préféré l’exode rural qui leur offrait la possibilité de changer de métier en s’installant dans la ville, tandis que d’autres ont opté pour le déplacement quotidien pour tenter de se débrouiller afin dénicher de quoi alimenter leur bétail. Ce que leur offrait les bennes à ordures ménagères où ils puisaient les épluchures de légumes et fruits, du pain rassis … Une activité qu’ils ont vite fait de prendre pour coutume et de laisser malheureusement les bennes renversées, après s’être servis.

Il est évident que le mode de vie citadin n’était sûrement pas leur fort, étant habitués aux grands espaces de la campagne. Et ainsi, au lieu de s’imprégner des habitudes de leur nouveau monde, ils ont tout simplement transformé le quotidien urbain en un mode de vie tout à fait rural.

Et la ville se ruralisa.

Il ne faut certainement pas négliger que l’expansion économique de la région avec l’industrialisation et la réalisation du grand port de Jorf Lasfar, a fortement contribué à l’accroissement de la population, qui a amplifié ce phénomène d’exode de citoyens en provenance d’autres villes avoisinantes à la recherche d’une amélioration de leur niveau de vie. Cet accroissement de la population s’est nécessairement accompagné d’un autre accroissement bien moins pris en considération : les ordures ménagères.

Mais ce phénomène ne se limite pas seulement à ces causes, qu’on peut qualifier de directes.

D’autres facteurs sont intervenus pour rendre la situation aussi intolérable dans la ville. Il faut rappeler que la collecte des ordures ménagères se faisait il y a quelques décennies par le personnel et les véhicules des communes urbaines qui collectaient les déchets directement  devant chaque logement où une poubelle attendait chaque matin pour être vidée par les éboueurs des travaux publics. Il était inimaginable à l’époque de voir une benne à ordures, déranger le décor, au coin d’une rue.

Mais depuis l’avènement de l’externalisation de la collecte des déchets ménagers et sa délégation à des sociétés privées, les choses ont beaucoup changées. Certes, cela a été planifié comme étant un grand développement de la gestion communale, qui a été déchargée de cette activité pour une éventuelle amélioration de la salubrité au sein de la ville. Malheureusement, les résultats escomptés et tant espérés par la population, n’ont jamais été atteints et la situation n’a fait qu’empirer, transformant cette ville, jadis surnommée le « Deauville marocain », en une cité ruralisée où l’anarchie règne dans tous ses coins et recoins.

Il va sans dire que le budget colossal attribué à la gestion déléguée de la collecte des déchets ménagers n’a pas profité à la ville qui suffoque plus que jamais sous ses ordures.

Mais jusqu’à quand durera cette situation ?

Khadija Choukaili

https://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/11/ordures_3jdida.jpghttps://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/11/ordures_3jdida-150x150.jpgadminsRadar Sur El JadidaCertes les déchets et ordures qui jonchent la ville d’El Jadida n’est plus un sujet tabou. Tout le monde se lamente et incrimine les communes de ne pas accomplir cette mission qui leur incombe : veiller à la propreté et à la salubrité de ville. Mais ce qui semble échapper à tous, c’est que si...Source de L'information Fiable