El-Jadida : Qui contrôle toute cette nourriture étalée un peu partout  en ville ?

JDI.SOUK 9

Par: Khadija Beneghziel

Souvent, par manque de temps, paresse ou pour d’autres raisons, nombreux sont ceux qui ont recours aux repas préparés à l’extérieur ou à de simples sandwiches, pour calmer une grosse fringale ou une petite faim.

Ils n’ont que l’embarras du choix concernant les endroits pour s’approvisionner , car, snacks , restaurants et même marchands ambulants prolifèrent à tous les coins de rue.

Mais ces personnes qui consomment à l’extérieur de chez elles, se posent elles des questions quant à l’hygiène, la composition ou la qualité des ingrédients qui composent ces repas? Malheureusement,  ces questions ne trouvent leurs réponses que dans les nombreux cas d’intoxication alimentaire rapportés souvent par les médias.

En écrivant ces lignes , un souvenir me revient à l’esprit. Il y a quelques années,   pendant le mois de Ramadan et en passant dans un quartier populaire de Rabat, je vis une scène écœurante. Un homme est sorti d’une maison portant un grand plateau où trônait une pyramide branlante de chebbakia,  pour aller le poser chez le revendeur installé pour l’occasion dans une échoppe jouxtant celle d’un réparateur de vélos. Devant tout ce beau monde, une grande flaque de boue mélangée avec les poudres d’acier et d’aluminium. Une grande partie des chebbakias y  tombe, le bonhomme les ramasse, les remet tranquillement sur le plat, bien assaisonnées qu’elles étaient de boue.

Et voilà ce que mange, parfois, le pauvre marocain lambda. Et il absorbe d’autres nourritures impropres à la consommation, farines et huiles périmées, viandes mal ou non conservées, ou provenant d’abattages non réglementés…

Où sont les services d’hygiène?

Quel est le rôle de l’ONSSA?

On entend de temps à autre des campagnes d’assainissement qui jettent de la poudre aux yeux des citoyens. Plusieurs textes de loi relatifs à la sécurité sanitaire des produits alimentaires font peut être plus le bonheur des différents rongeurs de papier que les consommateurs humains, en restant bien rangés au chaud dans les bureaux.

 

Related posts

Leave a Comment