El Jadida ou ailleurs : Développement de l’agriculture par les drones

 

 DRONE

Par: Khadija Choukail

Disposant de terres très fertiles, la région de doukkala, véritable grenier du Maroc, bat tous les records en matière d’agriculture. Géographiquement parlant, et loin des découpages administratifs, cette zone constitue un vrai levier économique en matière de desserte en produits agricoles de plusieurs régions et grâce aussi aux atouts naturels dont elle dispose.

Le groupe OCP  a pu introduire de nouvelles technologies dans le domaine agricole, grâce à son programme relatif à l’utilisation de drones dans la surveillance des cultures. Ces petits engins volants scrutent à la loupe les parcelles afin d’identifier les besoins en eau, en engrais et en produits phytosanitaires, un traitement chirurgical qui permet un gain conséquent en temps et en argent.

On constate donc qu’il est bien  révolu le temps des prélèvements aléatoires pour dépister des parasites au sol. Dans la région de Oualidia, Un drone photographie des tomates et du mais déployés sur une vingtaine d’hectares. Chaque photo est traitée et convertie en données géométriques et thermiques afin de donner aux exploitants le dosage nécessaire, en eau et en fertilisants, pour atteindre une production optimale.

Cette technique permet de superviser des cultures par télédétection pour s’enquérir de l’état de santé des plantes avec un diagnostic complet.

Réaliser une topographie d’une parcelle agricole avant de l’aménager, anticiper et optimiser les rendements et la productivité en ayant plus de visibilité, ou effectuer une expertise d’assurance dans de brefs délais, est devenue une réalité de l’agriculture de précision, à l’aide de drones.

Les agriculteurs marocains n’ont pas encore accès à cette technologie qui se déploie à grande vitesse sous d’autres cieux, mais démarre encore très timidement au Maroc.

Seules quelques grandes entreprises agricoles comme « les Domaines agricoles » s’y essaient. Les entreprises qui proposent des services d’agriculture de précision se comptent encore sur le bout des doigts. Parmi elles, l’opérateur majeur est Etafat, une PME spécialisée dans l’acquisition et le traitement de l’information géo-spatiale. Fournisseur technologique de plusieurs secteurs dont la construction et les mines.

Cette entreprise s’est alliée en octobre 2016 avec Airinov, un leader européen en matière d’agriculture de précision, en devenant son distributeur exclusif au Royaume.

L’objectif était d’anticiper une éventuelle demande en se positionnant comme précurseur dans ce domaine dans un pays à vocation agricole.

Pourtant, ce n’est pas le prix des prestations qui pourrait décourager les agriculteurs d’accéder à des services d’optimisation. Du moins, ceux qui ont de grandes parcelles et qui disposent des moyens qui vont avec.

Cependant, la contrainte majeure se traduit par les exigences légales d’exploitation qui peuvent être rédhibitoires.

En effet, pour chaque vol prévu, il faut présenter une demande aux autorités locales et attendre leur approbation.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la direction de l’aviation civile n’intervient pas, et les délais peuvent aller de quelques jours à quelques semaines selon les régions, ce qui est contraignant dans une activité où les interventions sont parfois urgentes. Il faut reconnaître, en revanche, que les défis sécuritaires liés à l’usage de drones sont importants. Chose qui implique la mise en place d’un cadre légal dédié au secteur agricole afin d’éviter tout dépassement.

En définitive, le chemin est encore long pour que l’agriculture de précision s’impose au Maroc, mais des prescripteurs très convaincus sont en train de défricher le terrain.

L’idée c’est que l’agriculteur marocain puisse être précis dans sa gestion agricole et ainsi améliorer ses rendements et revenus tout en respectant l’environnement.

Related posts

Leave a Comment