El-Jadida : Les maisons de campagne, une tendance aux risques incalculables.

S’il y a, aujourd’hui, une mode qui fait presqu’ unanimité  parmi la classe huppée d’El-Jadida, c’est bien celle de s’acheter un terrain d’un hectare ou plus à la campagne et d’y bâtir une résidence principale, tout en la dotant d’une grande piscine, d’un immense jardin, de divers animaux, de terrains de sports…et de tout ce qui est en mesure d’en faire, un petit paradis sur terre.

Du coup, le prix de l’hectare a plus que quadruplé en, à peine cinq ans dans la campagne avoisinante : Haouzia, Oulad Rahmoune, Msaouer Rasso…

Tout le monde est en quête du  meilleur emplacement possible ; de la meilleure vue panoramique, des voisins les « plus en vue »…Bref, « tout le monde » semble avoir déniché le filon et plus personne  ne veut être en reste.

Mais ce que personne ne semble voir venir pour le moment et ce que personne ne semble s’en préoccuper, c’est cette nappe phréatique qui peut e vider, peu à peu et finir par s’assécher..

Tous ces Douars qui n’utilisaient, à ce jour, l’eau de leurs puits, que pour boire et désaltérer leur cheptel, doivent composer aujourd’hui avec toutes ces piscines dont sont dotées les nouvelles constructions.

Or, nous savons tous que l’eau des puits n’est pas inaltérable.

A Chtouka Ait Baha,(l’équivalent  d’Eljido en Espagne)  région qui a fourni, légumes et fruits aux quatre coins du royaume, pendant plus d’une vingtaine d’année, souffre aujourd’hui de sécheresse et du tarissement de sa nappe phréatique. Son seul salut viendra, peut-être, de l’adoucissement de l’eau de mer par la station d’Agadir qui est presque fin prête, aujourd’hui.

En Californie, les habitants de Beverly Hills ont vécu la même mésaventure en 2015. L’Etat  continue à se battre et à chercher des solutions  pour limiter les dégâts, mais le danger est toujours omniprésent.

Or, que  pourra notre gouvernement pour « notre » Biverly Hills à nous, le jour où  la nappe phréatique vient à  s’assécher ?

Que pourra faire un gouvernement, qui se trouve aujourd’hui, à mille lieux de penser à cette réelle menace ?

Qu’en pense, dans l’immédiat, tous ces élus communaux qui continuent à délivrer les autorisations, à tout va, sans nullement se préoccuper de ces lendemains qui risquent d’être désenchanteurs ?

Et quel en sera la valeur de « ces petits paradis sur terre »…sans eau?

El Jadida Scoop  

Related posts

Leave a Comment