El Jadida : Les livreurs imprudents qui sillonnent les rues de la ville

Depuis quelques années, le recours aux services d’un coursier professionnel pour la livraison de repas, de produits parapharmaceutiques, de documents ou de colis divers, est devenu un réflexe quasi instantané sur lequel plusieurs citoyens comptent, en tant que moyen rapide et sécurisé.

Le secteur croît à vue d’œil et attire de plus en plus d’acteurs du fait qu’il ne nécessite que le recrutement de coursiers, et une flotte basée essentiellement sur les deux roues, et des fois, quelques voitures.

Malheureusement, on voit ces coursiers sur leur moto, sillonner les rues de la capitale des doukkalas, à grande vitesse, dans l’irrespect total du code de la route, en slalomant entre les voitures, probablement pour gagner du temps, étant rémunérant selon leur rendement.

Ces livreurs, imprudents, sont souvent à l’origine d’accidents, dont ils sont les premières victimes.

Faisons un arrêt sur image sur cette activité qui a vu le jour il y a juste quelques années.

En effet, cette nouvelle activité connait une rude concurrence. Une situation qui pousse les opérateurs de ce secteur à se spécialiser, soit dans la livraison de certains produits, ou dans la restauration…

Il faut noter que chaque opérateur ne dispose que d’un effectif réduit de livreurs qui ne dépasse pas 3 à 4 coursiers dans la ville et concentre les activités, essentiellement sur trois segments, à savoir le food, le e-commerce et l’administratif.

Ce secteur est devenu si concurrentiel que le repositionnement stratégique des activités est devenu une nécessité, afin que chaque opérateur puisse tirer son épingle du jeu.

Il faut souligner que les coursiers bénéficient à leur recrutement d’une formation aux nombreuses spécificités propres à la livraison à domicile et au contact avec les clients, que ce soit pour le B2B que pour le B2C. Ces deux concepts de marketing B2B et B2C qui consistent respectivement à utiliser certaines techniques propres à une activité commerciale entre deux entreprises, et  à développer et utiliser des techniques marketing destinées au grand public dans le cadre d’une activité commerciale entre une entreprise et des consommateurs.

Il faut mettre également l’accent sur les investissements que doivent supporter ces sociétés de coursiers en terme de matériel roulant, et de souscription à une assurance-accident du travail au profit des livreurs, en plus du logiciel de monitoring et de suivi des progressions des livraisons qui est également un impératif qui permet d’optimiser le déploiement des livreurs et de réduire le temps nécessaire à chaque livraison.

Ce sont des facteurs qui accentuent la pression sur les livreurs qui ne voient plus d’autre choix que de tenter d’optimiser le temps de livraison, mais au risque de provoquer ou être victime d’un accident qui peut être grave.

Autant de prérequis conditionnant l’évolution de l’entreprise, qui n’ont d’autre objectif que de capitaliser les activités de cette dernière, au détriment de tout autre intérêt, et mettant, au-devant de la scène, ces livreurs sous pression, qui doivent s’assurer un moyen de subsistance, chômage oblige.

Khadija Choukaili

Related posts

Leave a Comment