Qui des jdidis, ne se remémore pas ce précieux patrimoine, qui n’est autre que l’hôtel Marhaba, sans une note d’amertume et de regret ?

Ce joyau conçu par le génie de bâtisseurs qui ont réussi à mettre en œuvre cette merveille architecturale qui caractérisait la ville et qui s’apparente plus à une réelle œuvre d’art qu’à un bâtiment touristique, est malheureusement  à l’abandon et tombe en ruine depuis des décennies.

Cette merveille de la ville a été conçue  par les architectes Emile Duhon (1911-1983) , et Marius Boyer (1885-1947), qui ont  repris le design d’un paquebot, et ont entrepris sa réalisation dans un site balnéaire d’une superficie de plus de 5 hectares. Ce site adossé à la plage, et disposant d’un grand parc planté d’eucalyptus, offrait une vue panoramique sur l’océan, mais aussi sur le parc Mohammed V.

Il faut rappeler que, croulant sous les dettes, l’hôtel fut fermé en juin 1996. Avant qu’il ne soit saisi, ses anciens propriétaires, les frères Ezzahraoui, étaient redevables à l’Etat de plus de 100 millions de dirhams. L’hôtel avait été mis à la disposition du liquidateur du ministère des Finances et ses dettes furent en grande partie épongées afin de le rendre accessible aux éventuels investisseurs.

Il y eut une lueur d’espoir pour son éventuelle réhabilitation  en 2006,  quand il fut cédé au groupe français «Merfor» pour 35,2 millions de dirhams. Un budget de 250 millions de dirhams auraient été prévus par les acquéreurs pour sa rénovation. Malheureusement, ce projet n’a jamais vu le jour.

Aujourd’hui, on ne peut que se lamenter, impuissants, sur le sort qui a été réservé à ce prestigieux patrimoine qui constituait une des merveilles architecturales dont s’enorgueillit El Jadida.

Hélas, défiguré, certes, par les effets du temps, il a également été délibérément amputé, sans vergogne, de sa belle passerelle le reliant à son monde océanique, étant conçu sous forme de paquebot et se confondant indélébilement avec ce décor.

Pendant ses années de gloire et à la belle époque où El Jadida était gérée par des hommes qui préservaient son patrimoine, plusieurs tournages de films de grande renommée y ont eu lieu. Le dernier en date n’est autre que le film « Harem » avec Nastasia Kinski et Ben Kingsly dans les rôles principaux.

Il faut noter que ce prestigieux hôtel a été témoin de plusieurs événements historiques du temps du protectorat et jusqu’à l’indépendance, dont le plus important fut le séjour de feu Sa Majesté le Roi Mohammed V, pour qui il constituait une destination privilégiée.

Aujourd’hui, l’hôtel est squatté par toutes sortes de marginaux, et son «épave», trône tel un fantôme, en plein centre de cette cité, qui fût surnommée le « Deauville marocain ».

Hélas, des mains criminelles, sans doute dans une transaction louche, l’ont transformé en un lieu de déperdition et de débauche, sans se soucier de sa valeur historique ou de ce qu’il représente comme patrimoine pour la ville et pour la communauté doukkalie.

L’hôtel Marhaba n’est malheureusement qu’un exemple parmi tant d’autres qui démontrent à quel point notre patrimoine historique est délaissé. Que de sites historiques, qui porte en eux tant de symboles de notre histoire sont relégués aux oubliettes. Des patrimoines qui cachent tant de merveilles de ce qu’était autrefois l’une des plus belles villes du Royaume et qui demeurent ignorés.

Il est déconcertant de constater que notre chère Mazagan soit livrée à des gestionnaires qui ne connaissent malheureusement pas la valeur de son histoire.

Khadija Choukaili

https://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2020/07/marhaba.jpghttps://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2020/07/marhaba-150x150.jpgadminsSociétéQui des jdidis, ne se remémore pas ce précieux patrimoine, qui n’est autre que l’hôtel Marhaba, sans une note d’amertume et de regret ? Ce joyau conçu par le génie de bâtisseurs qui ont réussi à mettre en œuvre cette merveille architecturale qui caractérisait la ville et qui s’apparente plus à une réelle œuvre d’art...Source de L'information Fiable