S’il est des mesures indispensables et incontournables pour éviter la propagation du coronavirus, c’est bien les gestes barrières recommandés par les autorités sanitaires et imposés par les autorités sécuritaires, notamment le respect de la distanciation physique et le port obligatoire des bavettes dans les lieux publics et de grand rassemblement.

Et si ces mesures sont plus ou moins respectées par les citoyens, on ne peut, malheureusement, pas en dire autant, dans ces lieux suspects où se pratiques certaines activités « douteuses » et pour le moins « illégales » telles que la prostitution, la consommation de boissons alcoolisées, ou de produits inhalés par ce qui est connu communément par « la chicha ».

C’est ainsi, qu’une compagne de lutte contre la prostitution qui prospère, à Sidi Bouzid, en cette saison estivale, a été lancée par le Service de la Police Judiciaire Provincial d’El Jadida, en collaboration avec la Gendarmerie Royale, afin de mettre fin à ce fléau.

En effet, cette compagne a permis le démantèlement d’un réseau, bien organisé spécialisé dans la prostitution de luxe. Ce réseau se basait sur l’utilisation d’internet pour la prise de rendez-vous, et les modalités de rencontres se faisaient, soit au niveau de certains bungalows ou appartements à Sidi Bouzid, soit par le déplacement des filles vers les lieux de résidence des clients, pour un tarif fixé à un minimum de 2000 dirhams pour la soirée.

Pour développer leur réseau, les proxénètes opéraient dans d’autres villes telles que Marrakech et Fès.

Pour ce qui est de l’utilisation de la chicha, qui constitue une réelle menace de propagation du virus, nul n’est en mesure d’affirmer qu’elle est interdite ou pas. En effet, la chicha au Maroc subit de régulières campagnes d’interdiction sans que son usage soit officiellement prohibé.

En fait, dans les grandes villes, les cafés à chicha réapparaissent dès que les autorités relâchent la pression. La chicha est devenue, pour certains cafetiers, un moyen incontournable pour attirer et fidéliser un certain type de clientèle parmi les plus rentables.

Il faut dire que l’ambiance dans ces lieux suspects, contribue fortement à la propagation de ce virus dévastateur, où la chicha passe de main en main, sans aucune mesure de protection, ni de respect de la distanciation physique qui constitue les dernier souci de ces « inconscients » qui ne pensent qu’à leur plaisir instantané, sans réfléchir aux conséquences de leurs gestes, sur leurs proches, pour ne pas dire sur la société.

Il faut rappeler que lors de cette saison d’été où El Jadida connait une grande affluence des estivants, on est en mesure de craindre une propagation alarmante du virus à cause de ces moyens de « distraction » qui sont à bannir pour éviter une réelle catastrophe.

Si El Jadida peut s’enorgueillir de séduire les estivants qui affluent par milliers de tous les horizons, en quête de fraîcheur naturelle, pour profiter de ses belles plages, de ses falaises et lagunes enchanteresses, il n’en demeure pas moins que la réputation de la ville est, hélas, entachée par ce fléau de prostitution et de recrudescence d’utilisation de la chicha.

Certes, les riverains espèrent que des mesures rigoureuses et irrévocables soient mises en place pour combattre ces fléaux qui contribuent grandement à déchiqueter notre société, et où l’on constate, hélas, une passivité totale que d’aucuns taxent de complicité.

Au vu et au su de tous, durant la saison estivale, les abus et les dépassements sont de rigueur, et les locations des appartements qui se transforment en maisons closes facilitent la besogne à ces hommes disposés à payer le prix fort pour quelques heures de plaisir.

Des pratiques qui n’étonnent plus, vu que les maîtres des lieux ne semblent pas craindre une décente des autorités, et agissent illégalement, avec une confiance déconcertante.

Un terme doit être mis à ces activités illicites, afin d’éviter une propagation massive qui conduirait à un re-confinement.

A bon entendeur…

https://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2020/08/sidi-bouzid-35-1024x576.jpghttps://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2020/08/sidi-bouzid-35-150x150.jpgadminsJdidis à la UneS’il est des mesures indispensables et incontournables pour éviter la propagation du coronavirus, c’est bien les gestes barrières recommandés par les autorités sanitaires et imposés par les autorités sécuritaires, notamment le respect de la distanciation physique et le port obligatoire des bavettes dans les lieux publics et de grand rassemblement. Et si ces mesures...Source de L'information Fiable