El-Jadida-Humeur: Repassez après ramadan!

MOROCCO: Women migrant workers apply for jobs

Par: Ismaël H

Devrait-on biffer tout bonnement le mois de ramadan du calendrier de l’administration marocaine? L’idée mérite d’être soulevée quand on sait que l’économie du pays fonctionne au ralenti tout au long du mois sacré. Avez-vous une affaire urgente à régler dans une administration? Mais revenez donc après ramadan! Pas demain, après demain ou le début de la semaine prochaine, non. Repassez un mois plus tard et même un peu plus lorsqu’on sait que l’Aïd dans la culture de l’administration marocaine, ce n’est pas un jour férié, mais cinq ou six. Entre-temps, le préposé à la signature ou la secrétaire chargée d’assurer le suivi d’un dossier sont d’une humeur massacrante. Exactement comme le citoyen lui-même qui n’a pas reçu sa dose de nicotine ou de caféine.

Officiellement, les bureaux sont supposés être ouverts entre 9h et 16h par exemple. Mais allez donc mettre la main sur un khlifa du Caïd à 9h15! A cette heure-ci, c’est à peine s’il a accompli la moitié de ses engagements envers Morphée. Ce n’est qu’à partir de 11 heures que les premiers bureaux commencent à s’ouvrir. Avant, la version officielle rapportée par le mkhazni, indique que tout le bataclan de la Moqataâ est en réunion. Il faut dire que répondre aux citoyens à 11h qu’il n’y a pas un chat dans les bureaux, ça ne fait pas sérieux! Donc, la réunion à l’extérieur agit comme une formule passe-partout comme pour excuser l’inertie des fonctionnaires. Cela dit, la présence de ces derniers pendant le mois de jeun ne signifie pas forcément que les affaires des contribuables vont être expédiées à la vitesse de l’éclair. A fortiori lorsqu’un misérable document requiert la signature de deux fonctionnaires. Dans ce cas, c’est forcément « repassez après ramadan » puisque la main des préposés est trop engourdie pour accomplir la tâche surhumaine de la signature.

Sur le plan économique, ramadan est un mois de pénitence. Une saignée à nulle autre pareille. Absentéisme et entassement des dossiers supposent pour l’Etat un manque à gagner extraordinaire. Ça ne semble pas émouvoir grand monde apparemment. Vendredi est probablement le cas extrême de l’école buissonnière transposée à l’échelle de l’administration. L’horaire se présente alors comme suit : Arrivée à 10h30, départ à 11h30 pour cause de prière et retour…lundi matin. La piété n’a pas de prix et honni soit qui mal y pense.

Related posts

Leave a Comment