El Jadida : Gardiennage des voitures, un secteur où l’anarchie sévit

Depuis quelques semaines, un mouvement de protestation contre le gardiennage illicite de voitures a vu le jour avec le lancement d’une campagne de boycott sur les réseaux sociaux pour dénoncer les tarifs illégaux imposés par ces gardiens de voitures, via le hashtag «Boycott moul gilet». Un mouvement qui prend visiblement de l’ampleur puisque le nombre de membres est passé de 96.000 membres le 25 mai à plus de 124.000 membres à ce jour.

Il faut noter que ce phénomène s’est propagé avec cette crise sanitaire, qui a entrainé une crise économique sans précédent, au point qu’à défaut de trouver un emploi, il est devenu aisé de s’improviser en gardien de voiture en enfilant juste ce fameux « gilet jaune ».

Avec l’anarchie montante au sein de cette « profession », on est en mesure de se demander quel rôle jouent les autorités communales pour combattre ce phénomène. 

Certes, vu le lancement du hashtag «Boycott moul gilet», et l’exaspération des citoyens qui ne tolèrent plus d’êtres harcelés par ces gardiens, le ministère de l’Intérieur a enfin réagit à cette situation d’abus dont usent de nombreux « gilet jaunes » qui pullulent impunément dans toutes les villes.

Le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Noureddine Boutayeb, a rappelé, en réponse à une question orale sur l’absence d’un cadre réglementaire régissant cette profession que le gardiennage et le stationnement des véhicules, entre dans le cadre des prérogatives des présidents des Conseils communaux.

Il a également déclaré, que l’exploitation du service du stationnement est régie par un ensemble de textes législatifs et règlementaires notamment la loi organique nº113-14 relative aux communes. Cette loi octroie aux autorités locales et aux conseils locaux et à leurs présidents, chacun en ce qui le concerne, des compétences d’organisation et de contrôle du volet de l’occupation temporaire du domaine public de manière générale.

M. Boutayab a également précisé que de nombreux conseils ont pris l’initiative de mettre en œuvre des mesures innovantes et modernes afin d’organiser le stationnement légal des voitures et autres deux roues sur les espaces publics, et ce, par la création de sociétés pour le développement local ou la gestion déléguée, afin de mettre fin aux comportements de diktat tyrannique de personnes totalement étrangères à ce secteur. Ce qui est le cas à El Jadida où la Société Doukkala-Est des travaux et services prend en charge l’exploitation et la gestion des parkings.

En effet, cette société offre aux gardiens l’opportunité de décrocher des emplois dans ces structures régies par le code du travail.

On constate, vu la situation alarmante actuelle, que la seule réalité palpable pour le moment est que ce secteur vit dans une anarchie qui devient de plus en plus inadmissible, et qui ne peut aboutir qu’à des dysfonctionnements intolérables, qui suscitent, chez les citoyens, des sentiments d’insécurité.

Il serait grand temps d’opter pour la mise en place de mesures qui mettraient fin à cette anarchie et qui permettraient de calmer cette colère grandissante chez les citoyens.

Espérons que les autorités parviendront à mettre fin à cette anarchie.

Wait and see !

Khadija Choukaili

Related posts

Leave a Comment