El Jadida : Fermeture du groupement scolaire Mehdi Maniar, le jeune professeur prodige

gogowa

Par: Khadija Choukaili

Il est des personnes dotées d’une grande ambition, déterminées à réussir dans leur carrière professionnelle, malgré leurs moyens limités. Ces personnes, le professeur Mehdi Maniar, qui a réussi à s’imposer dans le secteur de l’enseignement, en fait partie.

Âgé d’à peine 21 ans, ce jeune homme n’ayant pas été particulièrement doué durant ses études, a pu, en l’espace de 5 ans, être à la tête d’un groupement scolaire spécialisé dans les cours de soutien et réputé par ses méthodes d’enseignement qui sortent du mode classique de dispense des cours dans une classe.

En effet, ses méthodes, très controversées, ont pu donner d’excellents résultats à des enfants qui avaient obtenu des résultats catastrophiques aux examens régionaux du baccalauréat.

Ses classes de cours sont, en quelque sorte, des scènes de théâtre où les élèves apprennent leurs leçons en les chantant ou en les jouant telles une pièce théâtrale. Une méthode qui sort de l’ordinaire et transforme le cours d’une obligation à un simple jeu auquel les élèves prennent du plaisir.

La gestion exceptionnelle de ses cinq instituts ne se limite pas seulement aux techniques qu’il utilise pour dispenser les cours, mais elle concerne également les tarifs appliqués qui sont très abordables par les parents soucieux du niveau scolaire de leurs enfants et soulagés de trouver une école qui dispense 3 cours de soutien pour la modique somme mensuelle de 250 Dh  par enfant.

On dit souvent que la fin justifie les moyens. Adage qui se vérifie à coup sûr dans le cas de ces écoles où les résultats des élèves ayant suivi ces cours de soutien justifient les moyens utilisés, bien que très controversés.

Le secret de la réussite de cette méthode exceptionnelle d’enseignement serait-elle liée au fait de banaliser les cours et d’en faire un sorte de jeu ? Ou serait-ce les liens d’amitié et de familiarité que ce jeune professeur tisse avec les élèves qui sont à l’origine de cette réussite?

Ce qui est certain, c’est qu’il règne indéniablement au sein de ces classe de cours un climat de confiance mutuelle entre enseignants et enseignés.

Cependant, en ce jeudi 24 janvier, sous la supervision du Pacha de la ville, une commission constituée des  autorités locales de la ville et des représentants de la Direction Régionale de  l’Education Nationale a procédé à la fermeture de ces instituts qui, semble-t-il, exerceraient sans autorisation délivrée par le Ministère de tutelle.

Ce jeune entrepreneur aurait, dans un esprit d’extension de ses activités, conclu des contrats de bail relatifs à la location de locaux dans un centre commercial pas loin du boulevard El Hansali, sans autorisation préalable.

Cette fermeture aurait été décidée dans le cadre des opérations de suivi et de contrôle exercés par les Commissions pluridisciplinaires auprès des établissements privés et des centres de langues, dans un objectif de protection des intérêts des élèves et de leurs familles.

Une affaire à suivre, surtout que ce contrôle serait intervenu suite à la diffusion d’une vidéo de ce jeune professeur, relative à ses revenus découlant de cette activité très lucrative.

Y aurait-il anguille sous roche à cause des méthodes d’enseignement très peu conformistes ?

Y’aurait-il un refus de « collaboration » de ce jeune, avec les autorités derrière cette fermeture, d’autant plus que des cours de soutien sont dispensés un peu partout et sans autorisation préalable?…

Seul l’avenir peut éclairer notre lanterne.

Related posts

Leave a Comment