El Jadida et Azemmour abritent la 5ème édition du festival Malhounyate

el jadida malhouni

Par:Abdellah HANBALI

Durant trois journées consécutives, Azemmour et El Jadida, deux villes pleines d’histoire pour décliner les diverses facettes de ce patrimoine musical ancestral, vont vivre des moments inoubliables, et essayeront de mettre tous les moyens de leur côté, pour pouvoir célébrer dans la joie et l’allégresse   Chants Soufis, musique et chant spirituel, Samaâ soufi et Amdah Nabaouia.

Des soirées du patrimoine dédiées à l’art du malhoune, et qui seront l’occasion pour le public Azemmouri et jdidi de redécouvrir un large pan de l’héritage musical et culturel marocain.  Un art, soit dit en passant, dépositaire d’une importante part de la mémoire et de l’identité marocaine.

Des artistes marocains et étrangers  ont été concoctés par les organisateurs pour faire vibrer ces deux villes au rythme d’une pléiade de musiciens.

Un budget estimé à un million de dirhams a été débloqué pour cette 5ème édition.

Des  milliers de spectateurs  sont attendus autour des sites du festival (Place Braha Moulniss d’Azemmour et Mellah à El-Jadida), pour partager des moments, qui s’annoncent magnifiques, en compagnie de ces invités.

Trois jours durant (25,26 et 27 juin), ces artistes et groupes vont se donner la réplique sur les deux scènes du festival, pour la joie du public jdidi et azemmouri de même que des nombreux curieux des villes environnantes qui ne manqueront pas de venir, à leur tour, applaudir ces artistes.                       

Mais au-delà de cette 5ème Rencontre Internationale, ce rendez-vous va venir une nouvelle fois à point nommé pour sauver avant tout cette couleur musicale de l’oubli et maintenir en vie une tradition ancestrale. Car c’est un art de création populaire et qui avait tendance à se perdre en dépit de son rayonnement d’antan et de sa notoriété bien au delà des frontières du Royaume.

Selon Abdelilah Jennane, directeur du festival : «Azemmour, fief du malhoune, et El Jadida ont besoin de retrouver leur authenticité. Et c’est à travers les festivals de la musique universelle ou traditionnelle tel que  “Malhouniyate  Azemmour- El Jadida” que l’on pourra perpétuer la tradition artistique savante et populaire de notre pays».

Quant au gouverneur M. Moâd Jamiî,  il nous avait précisés lors d’une précédente édition que : « Les traits culturels et civilisationnels qui ont marqué la naissance et le rayonnement de l’art du malhoune au Maroc sont à l’origine du réseau de relations riches et diverses que cet art a su entretenir avec plusieurs arts et genres musicaux ; tel la poésie populaire ou « Zajel », les Mouachahates, l’Aita, et les rythmes variés de musique traditionnelle Andalouse.

A cela s’ajoute indéniablement les différentes vagues de la colonisation que la ville a connue à travers son histoire, sans oublier la dynamique économique et commerciale qui s’explique par l’attractivité de la ville en raison des atouts que lui confère sa position stratégique.

Entre Azemmour et El Jadida, faut-il le répéter, il existe une sorte de lien stratégique  que l’histoire a renforcé contribuant à la construction très avancée de leur personnalité culturelle très ouverte aux civilisations arabe, berbère, portugaise, andalouse et africaine. Il va de soi que l’art du Malhoune a été et demeure un aspect hautement riche, enraciné dans la civilisation et la culture de la région.

Ce qui légitime le grand intérêt que nous lui portons à travers cette manifestation stratégique et culturelle d’envergure en vue de le hisser au rang d’art noble qu’il mérite.

C’est certainement dans cet esprit, que chaque  édition de la rencontre internationale du Malhoune  vient  mettre en valeur la richesse et la vivacité du patrimoine de la région assurant son capital d’attractivité. »

Au fil du temps et des éditions, Malhounyat a fini par atteindre un degré de maturité qui le rend incontournable dans notre paysage culturel national et aussi un vecteur de dialogue et de rapprochement entre les peuples.

Au final et grâce à cette 5ème Rencontre Internationale, placée sous le thème : « Le Malhoune et les Récitals des Zaouias : Berceau de l’éducation spirituelle et artistique », grâce à cette nouvelle touche et cette approche nouvelle adoptée par les organisateurs, le défi de faire renaître et de maintenir le rayonnement d’une musique arabe authentique et pure est entrain d’être gagné.

Les conférences ne sont pas en reste lors de cette édition, puisque l’espace « Dar Slah »(entrepôt d’arme) d’Azemmour abritera aussi des conférences.

                                                                                         

Related posts

Leave a Comment