El Jadida /Campagnes de propreté LES JEUNES Y ADHÈRENT MASSIVEMENT

campa 1

Par Azzedine Hnyen

Un bon point. L’espoir renaît. Une prise de conscience envahit les Jdidis de tout bord. D’ici et d’ailleurs. Tant mieux« El Jadida n’est pas une poubelle, prenons-en soin », tel est le slogan qui semble animer plusieurs jeunes de plusieurs quartiers de la ville. Des groupes de jeunes, soucieux de la propreté d’El Jadida et de son esthétique, se sont mobilisés, face au laisser- aller dont a souffert leur cité, de la part des élus et des autorités locales, durant des années et des années.

Cet intérêt et cet engouement pour préserver sa beauté n’aurait pu se produire, faut-il signaler, sans ce souci irréversible du gouverneur de la province, Mr Mohammed Amine El Guerrouj, qui, depuis sa nomination à la tête de cette province ne ménage ni ses efforts ni son temps pour redorer le blason d’or de cette coquette et charmante ville touristique qui avait perdu beaucoup de son lustre du « Deauville marocain ».

Ce désir ardent du gouverneur n’a pas laissé indifférent les Jdidis. Puisqu’ils ont adhéré, spontanément, à cette noble action pour, d’une part, contribuer à la renaissance de leur ville et pour, d’autre part, exprimer leur gratitude à la première autorité provinciale qui accorde un intérêt particulier à son esthétique. Ces jeunes ne se contentent plus de la remercier sur les réseaux sociaux. Mais ils sont sortis pour s’activer, concrètement, sur le terrain pour nettoyer les rues et les espaces verts d’El Jadida.

L’idée que cette communauté essaie, tant bien que mal, de transmettre est simple : sensibiliser les jeunes Jdidis à l’environnement et, plus particulièrement, à la propreté de leur quartier. À l’origine de cette initiative qui multiplie, ces derniers jours, les actions de volontariat pour le nettoyage de la ville, se trouve un groupe de jeunes jdidis  soucieux de la propreté d’El Jadida et conscients de la priorité de la protection de l’environnement pour une ville saine.

Donnons des couleurs et de la vie à nos rues.

Que ce soit à Derb Ghallef, à la Cité portugaise  (El Mellah), appareils Moulay Hassan, à Derb Moulay Abdelhafid ou au quartier Panorama, de jeunes volontaires ne se sont pas contentés de procéder au nettoyage des artères ; mais aussi de les réceptionner et de les embellir avec leurs propres moyens.

Grâce à ce hashtag, les jeunes font la promotion de leurs actions et tentent de gagner de nouveaux fans, qui partagent leur vision « d’El Jadida, une ville propre » et qui  sont prêts à se porter  volontaires pour s’équiper d’un balai  et la nettoyer.

Ces jeunes, ont déclenché cette opération citoyenne pour participer à cette belle aventure, entamée par le gouverneur de la province  pour redonner des couleurs à leur ville en se munissant d’un balai, de coquilles et d’un pinceau.

Aujourd’hui, ils appellent, et nous avec, tous les citoyens  et les citoyennes  à se créer, dès  maintenant, leurs groupes de bénévoles au niveau de leurs quartiers sous le slogan « la main dans la main, rendons notre ville plus propre. ». La conscience citoyenne  appelle tous les bénévoles à sortir pour accomplir une action citoyenne des plus nobles. C’est un devoir.

D’autre part, les autorités locales sont sollicitées pour débarrasser la ville de tous ceux qui la salissent. Notamment des vendeurs de légumes et des poissonniers.

campa 2

 

 

 

 

 

Related posts

One Thought to “El Jadida /Campagnes de propreté LES JEUNES Y ADHÈRENT MASSIVEMENT”

  1. Polcaj Carle

    On ne peut évidemment que louer cette initiative de nettoyage et de sensibilisation de la part des Jeunes.Cependant ces actions restent marginales et la ville et les quartiers continuent de crouler sous les ordures.Un comble, trouver un dépot d’ordure autour de la station dépuration en bord de Mer sans que celà ne gêne en rien l’autorité public.Les citoyens paient également la redevance de collecte et visiblement cette collecte est bâclée.L’article d’autre part est surprenant en effet je cite:’D’autre part, les autorités locales sont sollicitées pour débarrasser la ville de tous ceux qui la salissent. Notamment des vendeurs de légumes et des poissonniers ».Les autorité localesvisiblement ne connaissent pas le dahir de 2006 celui qui régit le ramassage des déchets, et la collecte mise en place progressive du recyclage?Les autorité locales ignorent-elles l’article de loi N°8?: ‘Quiconque dépose des déchets en dehors des endroits désignés à cet effet, est tenu de les reprendre en vue de les éliminer conformément aux dispositions de la présente loi et ses textes d’application.Le président de la commune concernée, pour les déchets ménagers et assimilés, le wali de la région ou le gouverneur de la préfecture ou de la province, pour les autres déchets, peuvent, après mise en demeure, ordonner, aux frais du contrevenant, l’élimination d’office des déchets.Dans le cas où le contrevenant n’a pu être identifié, l’autorité concernée ordonne l’élimination des déchets.Article 62 : Sont chargés du contrôle et de la constatation des infractions aux dispositions de la présente loi et ses textes d’application, outre les agents et les officiers de police judiciaire, les fonctionnaires et agents commissionnés à cet effet par l’administration et les communes concernées.
    Ces agents et fonctionnaires doivent être assermentés et porteurs d’une carte professionnelle délivrée par l’administration. Ils sont astreints au secret professionnel sous peine des sanctions prévues par le code pénalLe plan directeur préfectoral ou provincial est établi à l’initiative et sous la responsabilité du gouverneur de la préfecture ou de la province en concertation avec une commission consultative composée de représentants des conseils des communes et de leurs groupements, de représentants du conseil préfectoral ou provincial, de représentants de l’administration, de représentants des organismes professionnels concernés par la production et l’élimination de ces déchets et de représentants des associations de quartiers ainsi que des associations de protection de l’environnement opérant dans la préfecture ou la province concernée.Tout est dans ce dahir du 22 Novembre 2006 (BO N°5480 du 7 décembre 2006.Pourquoi la loi n’est-elle pas respectée?Pour ce qui est de l’Hygiène est-il acceptable que certains éleveurs de moutons répandent les ordures des containers sur le sol afin de nourrir leur bête.Est-il acceptable de voir qu’à côté de la station dépuration du bord de mer on laisse se déposer gravats déchets en tout genre sur le bord du Littoral.2017 5ème Forum de la Mer à El Jadida.:Pourquoi faire?5 années de forum de la mer et le littoral toujours aussi souillé.5 années de sensibilisation?Pour celles ou ceux qui seraient intéressés je possède le dahir de 2006 une copie par internet peut leur être adressée.

Répondre à Polcaj Carle Annuler la réponse