El-Jadida-Azemmour: 6ème édition de malhounyates ? Quelles malhounyates ?

logo-malhouniates-298x295

eljadidascoop

M.Mouâd Jamî gouverneur de la ville d’El-Jadida, vient d’annoncer lors du récent point de presse sur Malhounyates, qu’il a du  pratiquement « mendier », l’argent nécessaire à l’organisation de  la 6ème édition de ce festival…afin qu’El-Jadida n’en soit pas privée !!!

Dommage, car s’il avait demandé l’avis de la population jdidie, elle l’aurait certainement dispensé d’une pareille besogne.

Gandhi disait dans ce sens : «  ce que vous faites pour moi, sans moi… vous le faites contre moi.»

Il y a six ans, M. Mouâd Jamiî annonçait en marge de la 1ère édition de ce festival, que le but derrière l’organisation d’un tel évenement, est de mettre en avant l’art du Malhoune et à l’enrichir à travers de  nouvelles rencontres entre l’art du Malhoune, les musiques du Maroc et une ouverture sur les musiques du monde.L’objectif majeur était,  de porter cette couleur musicale, dans toutes les régions du royaume, jusqu’aux cœurs des foyers

Et pour atteindre ce cœur des foyers,  a-t-on besoin de choisir pour l’organisation de ce festival, des  lieux privés et…  hermétiquement fermés?

Est-il juste, d’ inviter certains   et d’ en éliminer d’autres?

Et  doit-on croire ceux qui  prétendent  que la majorité des invitations est distribuée aux familles, proches et connaissances de certains fonctionnaires de la province?

Malheureux d’en arriver là, car  selon M.Mouäd Jamî, une telle occasion, devait représenter une occasion d’ouverture sur l’Autre, sur les cultures, comme les villes qui les abritent. Des villes marquées d’ailleurs, par leur histoire et qui ont accueilli les civilisations Arabe, Berbère, Portugaise, Andalouse, Turque et Africaine.

En tout cas, ce n’est pas en allant se cloîtrer avec  familles, amis et proches, dans ce qui se rapproche plus d’une « Qsara légalisée » que d’un quelconque festival…culturel, que  cette couleur musicale sera sauvée de l’oubli et une tradition ancestrale  maintenue en vie .

Le Malhoune  est avant tout, un art de création Populaire et ce n’est pas de cette manière  élitiste et snob, que l’on mettra un terme à sa tendance à se perdre.

Le Malhoune et au-delà d’un « simple » Art,  a été à l’origine de la création d’un vaste mouvement intellectuel fondé sur la liberté de la pensée. C’est  une philosophie, un Mouvement, une façon de penser et d’être et c’est le seul art traditionnel commun à Tous les Marocains.

Et s’il est relégué aujourd’hui au rang de curiosité du passé, ce n’est pas avec un tel comportement  et une telle vision , qu’il vivra un éventuel retour en grâce.

Related posts

Leave a Comment