El Jadida : A quels résultats a abouti l’externalisation des services publics pour la ville ?

Certes, dans un contexte de maîtrise, voire de réduction des dépenses publiques, gestion efficiente des ressources communales oblige, la question de l’externalisation de la gestion des services publics, entre autres, la délégation de la gestion des déchets ménagers et nettoyage des voiries, s’est imposée en tant qu’alternative aux services municipaux connus à travers tout le Royaume.

En effet, la société Derichebourg avait conclu du temps d’Abdelhakim Soujda (aujourd’hui incarcéré) un contrat pour la gestion déléguée des services de propreté de la Commune territoriale d’El Jadida pour la collecte et l’évacuation des déchets ménagers, le nettoiement des voies et places publiques et du marché de gros et abattoirs… Un contrat dont les termes demeurent incompréhensibles pour le commun des mortels, du fait que les engagements de ladite société n’ont jamais été tenus.

Il faut noter que la gestion de la collecte des déchets ménagers, a été remis, depuis septembre 2019, à la société ARMA en tant que partenaire local de la société Derichbourg. Cette dernière avait cédé à ARMA sa participation de 51% dans la holding regroupant les activités de collecte de déchets ménagers et de prestation de service au Maroc, afin de se recentrer sur ses activités, beaucoup plus importantes, en Europe.

Nul n’ignore que la gestion de la propreté et des déchets ménagers au sein de la ville d’El Jadida laisse à désirer et présente beaucoup de disfonctionnements que la Commune ne parvient pas à gérer, du fait « d’une estimation insuffisante du volume des déchets », selon les déclarations du Président de la Commune lors d’une de ses sorties médiatiques.

Devant cet état des choses, et la situation désastreuse de la ville qui continue à crouler sous les ordures depuis plusieurs mois, le moins qu’on puisse dire c’est que la gestion déléguée de la collecte des déchets et du nettoyage des voieries, reste entourée d’un flou total, qui ne saurait être dissipé de si peu.

Il faut signaler également que la gestion déléguée des espaces verts ne semble pas non plus donner de meilleurs résultats, puisque les parcs de la ville sont en piteux état.

En effet, après un contrat de trois années pour l’entretien des espaces verts de la ville par la société Tamesna Vert, et un gaspillage pur et simple d’un budget de six millions de dirhams, à raison de deux millions de dirhams par an, la gestion déléguée n’a pas abouti aux résultats escomptés. On doit donc se rendre à l’évidence et constater que nos espaces verts ont toujours besoin d’un entretien approprié, en mesure de leur redonner leur aspect d’autan.

Si ce nouveau concept de gestion a bien fonctionné dans bon nombre de villes du Royaume, qui ont su tirer profit des avantages qu’il procure, à savoir, économie budgétaire et efficacité,  recentrage de l’activité à déléguer, réponse adéquate à une insuffisance structurelle… pourquoi présente-t-il encore des disfonctionnements dans notre ville où rien ne va plus.

C’est dire à quel point la gestion communale de la ville laisse à désirer, si bien qu’on regrette la belle époque où nos déchets ménagers étaient collectés par les éboueurs, et nos espaces verts entretenus par de bons jardiniers, ce personnel très professionnel des services municipaux.

Khadija choukaili

Related posts

Leave a Comment