El Jadida, à la galerie Abdelkebir El KHATIBI : « Art et poésie » accueille une rencontre autour de l’ouvrage :  » Celui qui vient de l’avenir « 

Par Driss Tahi

« N’est pas mort , celui qui vient de l’avenir » a écrit Abdelghani Fennane en ouverture de l’ouvrage parrue sous sa direction intitulé :

 » Celui qui vient de l’avenir Abdelkebir KHATIBI « 

En effet, jamais la salle Abdelkebir KHATIBI n’a parrue aussi rayonnante et n’a autant mérité son nom , que durant cette soirée du 22 février .

Et jamais l’âme de Abdelkebir KHATIBI n’a été aussi présente et aussi ressentie au coeur de la cité portugaise à EL JADIDA , un des lieux témoins de tant de souvenirs vécus relatés dans les oeuvres de ce Jdidi invétéré habité à jamais par la ville qui l’a vu naître, malgré sa dimension culturelle internationale.

Des souvenirs, tels des tatouages qui ont marqué sa mémoire et forgé une grande partie de sa personnalité .

Une rencontre qui a permis un voyage littéraire de près de deux heures aux confins de l’univers complexe de l’écrivain et du penseur , mais aussi de l’homme .

Organisée autour d’un ouvrage  » Celui qui vient de l’avenir  » désormais un autre outil didactique ,  » auquel trois générations ont participé, pour entretenir la mémoire de A. KHATIBI comme une trace vivante  » dont les œuvres n’en finiront jamais de livrer de nouveaux secrets ; ce que Abdelghani Fennane a désigné comme

 » la part non encore lue de son oeuvre multiple et ses éventuelles réincarnations dans de nouvelles oeuvres de pensée et de coeur à venir « .

Le grand écrivain ressuscité à l’occasion de cet hommage solennel ,  » encore un ouvrage »  » un autre hommage  » selon Abdelghani Fennane , rendu à titre posthume, à l’occasion de l’anniversaire de sa disparition par quinze grands écrivains, poètes et universitaires, dont la plupart ont connu de près et côtoyé l’homme, le penseur , Abdelkebir KHATIBI , dédié  » au nom de l’amitié, et de la filiation de l’esprit « 

Une singularité tout de même dans cette rencontre autour de cet ouvrage , est le fait qu’elle est accompagnée d’une exposition photographique de l’artiste Alexia Mione et de plusieurs tableaux lettristes ou calligraphies de Nourredine Daif Allah sur Abdelkebir KHATIBI , d’ailleurs eloquement commentés par Hassan Laghdach, qui a durant son intervention mis en exergue l’intérêt du défunt esthète pour la calligraphie et les arts plastiques en général .

Intellectuel, penseur , philosophe, avant-gardiste, arpenteur, instigateur, créateur, inventeur , autant de qualificatifs évoqués par les intervenants : Abdelghani Fennane, Mohamed Maouhoub, Hassan Laghdach, Mourad El KHATIBI, qui ont tenu chacun à son tour et d’un point de vue et un angle différent d’expliquer le but de la sortie de cet ouvrage collectif sur Abdelkebir KHATIBI ;  » aujourd’hui un patrimoine national  » soulignait A. Fennane dans son dernier mot.

La rencontre signature de l’ouvrage : CELUI QUI VIENT DE L’AVENIR brillamment dirigée par Saïd Loukili , a été organisée par l’association des amis IBN ZAIDOUN et ses partenaires la direction de la culture, l’APAC, la Fondation Kadiri, l’association rencontres des cultures , en présence du directeur de la culture à El Jadida Abderrahmane Aress , et d’un auditoire d’intellectuels .

Avant la séance des dédicaces et des photos , le poète Driss El Melliani a déclamé à l’occasion , quelques vers en hommage au grand KHATIBI.

Related posts

Leave a Comment