Didier Chenu: Le couffin contre le plastique!

Chenu

Par :Abdallah Hanbali 

En marge de la campagne 0 Mica, l’artiste Didier Chenu dit Lechnu qui avait fait une exposition dans ce sens lors du précédent forum de la mer qui s’est tenu à El Jadida du 4 au 8 mai 2016, cherche à  présenter des sculptures monumentales, ornementales et environnementales réalisées à partir d’une structure métallique habillée de sacs en plastiques de récupération thermocollés. 

Une idée géniale pour sensibiliser et évoquer par une sculpture un acte écologique et citoyen. Il sera procédé  à l’installation de ces sculptures dans des endroits stratégiques afin de bien faire passer le message (espaces verts, ronds-points, plages, lieux de divertissement…).

Ces sculptures représenteront des familles de chevaux imaginaires, des poissons…L’intérêt recherché est de dépolluer, instruire et sensibiliser. Mais c’est aussi d’impliquer un maximum de personnes du milieu scolaire et des missions locales par la collecte et l’aide à une réalisation de ces œuvres dans des villes partenaires.

Questionné sur les raisons qui l’ont poussé à vouloir donner corps à son idée, l’artiste nous a dit : « Il y a cinquante ans, si quelqu’un avait déclaré que l’une des menaces les plus dangereuses pour l’environnement au siècle suivant serait le sac en plastique, tout le monde lui aurait ri au nez et les moins aimables lui auraient demandé quel genre de substance il fume.

Aujourd’hui, les gens se sont progressivement fait à cette conclusion : le volume de sacs en plastiques utilisés dans le monde est considérable. Même les Etats-Unis, pays où on a plutôt une tradition d’utilisation des sacs en papiers, consomment – et surtout jettent – plus de 100 milliards de sacs en plastique par an.

 Cent milliards ! Un chiffre vertigineux. Seul, un à trois pour cent d’entre eux seulement seront recyclés, le reste disparaît dans la nature.

En réalité évidemment, rien ne « disparaît ». Un simple sac en plastique semble bien inoffensif. Mais chaque année, des milliers d’oiseaux et de mammifères marins sont tués par étouffement ou par strangulation par ces objets inoffensifs en apparence. Ajoutons-y le fait que les sacs en plastique ne sont pas biodégradables et mettront un bon millier d’années pour se décomposer (en polluant le sol ou l’eau dans laquelle ils se trouvent lorsqu’ils se décomposent). Et couronnons le tout en rappelant que ces sacs sont faits à partir d’hydrocarbures, alors que nous savons tous que le pétrole est une ressource naturelle non renouvelable et de plus en plus rare.

Désormais, l’heure est au couffin, un juste retour aux sources.

Didier Chenu vit et travaille à El-Jadida.

 

Related posts

Leave a Comment