DHJ-IRT : 0 -0 …le DHJ peine toujours à trouver « la formule magique » en compagnie de Bencheikha.

Ce n’est pas faute d’avoir essayé, mais la seule volonté d’un club pour réaliser un bon résultat sur le terrain, n’a jamais été suffisante à elle seule, pour permettre l’accomplissement  de miracles.

Limités techniquement et incapables de traduire sur la pelouse, un quelconque schéma tactique élaboré par leur entraineur, les jdidis nous laissent encore,   cette impression, d’une équipe en débandade, faible et indisciplinée.

A presque mi-chemin de la compétition, on a toujours du mal à voir l’impact du « général » Bencheikha, sur l’équipe mise à sa disposition.

Et pourtant, à aucun moment, un quelconque responsable, n’a tapé de la main sur la table pour dire : « Basta ! où allons-nous de la sorte et vers quels horizons ? »

Et pourtant, les journées se suivent et se ressemblent pour le DHJ. Mais comme des gnous, aussi bien le staff technique que le comité dirigeant, continuent à foncer tête baissée vers…l’inconnu.

Que devons-nous attendre d’une équipe incapable de scorer contre une équipe du FUS amoindrie et évoluant avec un joueur de champs dans ses buts pendant plus de 15 mn ?

Que pouvons-nous attendre d’une équipe affrontant un IRT jouant, pendant presque une mi-temps avec 10 joueurs, sans réussir à imposer son jeu, à dominer et pourquoi pas, en profiter pour empocher les trois points de la victoire ?

Que doit-on espérer d’une équipe incapable de marquer le moindre but, lors de ses cinq derniers matchs ?

Le fait est que le DHJ est dans l’impasse et que ni Bencheikha, ni Bouderbala, ni la gestion catastrophique de Mouktarid et ses acolytes, ne sont plus en mesure de le sauver.

Il est temps pour le gouverneur M. Mohammed El Guerrouj d’intervenir pour saisir le taureau par les cornes et d’essayer de sortir le club doukkali de cette impasse.

Autrement, la gestion du club par ce ramassis de médiocres,  finirait par avoir raison du club.

El Jadida Scoop

Related posts

Leave a Comment