DHJ-CAYB :2-3…Un DHJ lamentable et sans véritable schéma tactique .

Ce match contre les Hrizis a eu le mérite, de mettre à nu, pour les rares récalcitrants qui en doutaient encore, les abysses où un comité d’apprentis-sorciers, a plongé l’équipe doukkalie, depuis son parachutage à  la tête de ce valeureux club, dont l’histoire est connue et reconnue dans les quatre coins du royaume.

Connue et reconnue, avant même que la majorité de ces « apprentis-sorciers », ne soient nés.

Ce match  a aussi  eu le mérite de mettre à nu la qualité des joueurs « recrutés » cette année  par  « nos dirigeants »,  comparés à ceux libérés ou qu’on avait laissé partir. Alors qu’avec un moindre effort, on aurait pu garder de telles valeurs sûres (dont la majorité ne demandait qu’à rester), et  renforcer encore  l’équipe.

Mais ce match a aussi eu le mérite, de mettre à nu le véritable niveau du gardien Benrahhou. Un gardien qui a du mal à se positionner dans les bois, à juger du moment opportun où il doit sortir ou rester sur sa ligne…et de latest but not de last, est incapable d’arrêter un ballon comme font tous les gardiens de foot. Des b-a-ba du foot, qu’on apprend, normalement, tout petit, dans les écoles du football. A le voir boxer des balles faciles, tout en adoptant des positions bizarres, on croirait avoir plutôt affaire à un gardien de Hockey sur glace qu’à un gardien de foot.

Et pour finir, on dira que ce match a aussi eu le mérite de montrer à ceux qui prenaient Benchikha pour un Dieu du football, que l’homme est très ordinaire, et que la quasi majorité des entraîneurs marocains, sont de loin meilleurs que lui.

Contre le DHJ, et mené par 1-0, entraîneur  du CAYB  a eu le mérite, le courage et la bonne vision, de faire sortir deux joueurs et de les remplacer par deux attaquants. Depuis, le CAYB s’est mis à dominer à outrance le DHJ. On sentait le  CAYB  n’allant pas tarder à scorer et  on attendait à ce que Bencheikha, l’homme aux 24 millions/mois, réagisse et nous montre de quel bois il se chauffe…

Mais l’homme, comme à son habitude, est là au bord de la touche à gesticuler comme un clown, au lieu de penser, d’analyser et…de trouver la parade. C’est pour cela qu’il est recruté. Et c’est cela qu’à fait entraîneur du CAYB, que fait chaque match, entraîneur du RCAZ…

C’est pour tous ces facteurs et ces mises à nus, qu’on trouve ce match contre les Hrizis, très instructifs et duquel, l’on doit tirer les enseignements adéquats, pour ne pas dire…la sonnette d’alarme.

El Jadida Scoop

Related posts

Leave a Comment