Coronavirus : La frustration … après l’annonce du 3ème round de confinement

Ce 3ème round du confinement, qui a été annoncé hier, portant la durée à près de 4 mois (113 jours exactement), a été ressenti comme un coup de massue, par les citoyens, qui espéraient un retour à la vie normale.

Ainsi, cette prolongation constitue une autre rude épreuve, une réelle frustration pour les marocains qui sont à bout de force et ne supportent plus cet isolement ininterrompu, durant lequel tous les repères ont été chamboulés, et qui les contraint à rester cloisonner entre ces murs qui les confinent.

Il faut noter que cette rupture soudaine a impacté toute la vie sociale, la mettant en parenthèse, et contraignant les citoyens à changer complètement leur mode de vie, en adaptant d’autres habitudes, en relation avec cette solitude contrainte et forcée qui a provoqué chez beaucoup, un sentiment de déprime, de tristesse, et parfois même d’angoisse.

D’autre part, il ne faut pas négliger que ce contexte d’isolement a provoqué, dans certains cas, des tensions qui sont accentuées par la conjoncture économique actuelle et qui qui sont dues à des cohabitations parfois tendues entre les membres de la famille qui, en temps normal, se voyaient peu, chacun étant occupé par ses obligations professionnelles. Des tensions qui sont accentuée par la conjoncture économiques actuelles, qui tend à augmenter la vulnérabilité de chacun des membres.

Il faut aussi rappeler que la réduction de l’espace affecte également le comportement des individus contraint de partager, le plus souvent, un appartement où la mobilité de l’un peut gêner celle de l’autre. Surtout qu’on n’a pas coutume de passer 24 heures dans un espace clos, contraint de supporter les comportements de chacun.

Autant de facteurs qui ont interverti les habitudes, pour ne pas dire l’existence de chacun, des plus petits aux plus âgés.

Si le Réseau des psychologues du Maroc a mis en place une cellule de guidance parentale pendant le confinement, c’est bien que le contexte comporte des risques pour la santé psychique des individus.

Ces derniers jours, nous avons tous constaté un réel relâchement de la part des citoyens, à l’approche de la date buttoir de la fin du confinement, dû essentiellement à leur ras le bol de se sentir emprisonnés, des fois dans des zones dite vertes, qui n’ont enregistré aucun cas de contamination.

 Une réelle frustration qui fait ressortir ce sentiment d’être simplement entraînés par la vague.

Il faut reconnaître que l’instauration de l’état d’urgence et du confinement ont permis aux autorités de bien gérer la pandémie sur le plan sanitaire et de veiller à maîtriser la propagation du virus. Cependant, on ne peut pas en dire autant sur le volet économique qui a été gravement affecté par le gel de l’activité.

Il faudrait donc oser relever ce défi du retour à la vie normale, certes progressivement, et tenter de dépasser cette situation de crise aussi bien économique que sociale, qui, on n’ose l’espérer, ne sera plus qu’un mauvais souvenir qui aura marqué nos vies.

Related posts

Leave a Comment