Commune Urbaine d’El-Jadida : quand des élus malmènent des …fonctionnaires

Commune d’El-Jadida : des fonctionnaires malmenés par des …élus

Municipalité d'El Jadida

El Jadida Scoop

Bien que le temps de l‘esclavagisme est bel et bien révolu, certains élus de notre Commune Urbaine d’El-Jadida,   continuent encore et toujours, à se prendre  pour les seigneurs de ces  lieux et à y agir en maitres absolus.

Et pour attirer l’attention sur leur calvaire, les fonctionnaires de cette institution, n’ont céssé de multiplier, sit-in et manifestations.

Mais ces protestations pacifiques n’ont, à ce jour, rien changé aux comportements irrespectueux de ces responsables imbus de leurs personnes.

Le dernier scandale en date, vient de viser le chef du service technique et logistique, sis à l’annexe de Hay Salam.

En cause, un élu fou de rage, qui  fait irruption dans son bureau, tout en exigeant de lui, que la commune prenne en charge les frais de nourriture de 12 athlètes, dont c’est le club qu’il préside, qui en a pourtant la charge. Devant le refus du fonctionnaire d’obtemperer, le « conseiller » lui ordonna , de téléphoner au président du conseil et d’essayer d’avoir son accord.

Nouveau refus du chef de service, devant un   conseiller  qui devint, cette fois-ci,hystérique. Il commence à saccager tout ce qui lui passait sous la main : chaises, mobilier des bureaux…, tout en devenant injurieux et agressif. Il use d’insultes et de propos inappropriés à l’encontre du chef du service, violant, au passage, l’article 66 de la loi organisationnelle 1.33.14.

A ce propos, le bureau syndical de la CDT, s’est réuni le 13 juin 2018 et a pris les décisions qui s’imposent en pareille situation à savoir :

– la responsabilité de ces mépris itératifs et avérés incombe en premier lieu, au président du conseil et aux autorités locales, qui doivent répondre de leurs actes, à l’encontre des fonctionnaires de la commune, devant les autorités compétentes..

– le respect des cadres, fonctionnaires et agents de la commune pendant l’exercice de leur fonction doit être assuré en toutes circonstances,

– tout incident, rabaissant ou portant atteinte à l’honneur de fonctionnaires dans le lieu de leur travail  sera suivi de sanctions et de mesures correctionnelles selon les lois en vigueur.

Il est malheureux de constater, dans un pays qui s’efforce d’instaurer un   Etat de droit et de respect des droits de l’homme, que de tels comportements continuent de sévir, au 21ème siècle, au sein d’instances censées donner l’exemple en terme de respect et d’application des lois.

Mais que dire ? Le citoyen est dans ce cas, aussi  à blâmer, car c’est à lui qu’incombe le devoir d’élire des conseillers instruits et capables de gérer la chose publique. Il doit   combattre, coûte que coûte, l’élection de personnes indignes de la confiance que les citoyens placent en eux, tout en évitant d’hypothéquer leur sort, entre les mains de certains individus,  analphabètes, incompétents et… corrompus. Des énérgumènes, qui n’hésiteraient nullement et à chaque fois que l’occasion s’en présente, de faire d’eux, leur souffre-douleur favori.

Parce qu’ au lieu de malmener les fonctionnaires travaillant sous leurs ordres et s’acquittant parfaitement de leurs engagements, ils feraient mieux,   de s’occuper de la mission pour laquelle ils ont été élus, en l’occurrence, l‘amélioration de l’état lamentable dans lequel se trouve cette ville.

Related posts

One Thought to “Commune Urbaine d’El-Jadida : quand des élus malmènent des …fonctionnaires”

  1. ar exemple

    Dans votre article si je peux partager votre courroux concernant l’attitude inacceptable de ce conseiller municipal et la sanction à laquelle sans faiblesse il devrait soumis en revanche deux choses m’interpellent.Si effectivement les citoyens(les sujets?)ont une part de responsabilité car ce sont eux qui ont décidé cette représentation municipale par leur vote je doute fort qu’un grand nombre d’entre-eux aient été initié à la vie citoyennes,à la vie de la cité d’une façon éclairée.Il n’y avait qu’à interpeller les différents supporters qui avait remplacé leur maillot de Messi ou de Ronaldo par un tracteur des années » 50 » ou une lampe à pétrole ringarde pour se convaincre que l’intérêt pour la gestion communale était à plusieurs terrains de foot-ball loin là-bas…sur la planète divertissement.Moi je ne les blâmes pas,car rien n’est fait pour les intéresser à la chose publique.Dites moi où sont donné des cours d’instructions civiques?En réalité la commune fonctionne comme une tribu, un clan, une jungle où le plus fort dévore les autres.Je vais même me permettre aussi de vous rendre aussi complice de celà.Oui complice dans la mesure où vous dénoncez avec talent, avec humour parfois la gestion calamiteuse de cette commune mais que vous ne proposez rien contre cette gabegie dans votre article maintenant vous accusez même les citoyens d’être responsable de cet état de fait.Moi je vois les choses différemment, vous pourriez initiez des propositions de contre pouvoir, des propositions d’activité citoyenne afin que les habitants s’initie à la vie communale.Par exemple:une formation sur la gestion d’une association,l’utilisation du multi média dans la sphère publique.Initier une vulgarisation de la gestion communale, ses finalités, ses enjeux.Souligner l’importance des réunions de quartier qui elles font remonter les problèmes de celui-ci,mais en même temps renforce le lien social.Si le lien social c’est 1m2 d’écran plasma made-in Corée à longueur de journée c’est vrai je vous l’avoue ça va être difficile.
    Maintenant votre allusion aux Droits de l’Homme m’a aussi fait beaucoup sourire.Aussi j’ai décidé de vous les rappeler l’article premier:Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.
    Article 2:
    1. Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.
    2. De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.
    Article 19:
    Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.
    En mai 2017 le Royaume du Maroc a réaffirmé devant le conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Genève,sa ferme volonté de poursuivre sa coopération et son ouverture sur tous les mécanismes des droits de l’Homme des Nations Unies.Permettez moi de vous posez deux questions:
    1-Etes vous d’accord avec les autorité Marocaines qui ont interditinterdit le colloque du Collectif Démocratie et Liberté qui devait se tenir à Casablanca le 22 et 23 Juin? Si oui pourquoi?
    Carle

Répondre à ar exemple Annuler la réponse