Coin des poètes: Portail du bercail

jdi.plage750

Portail du bercail (P287)

Ayant professé pendant tout un bail,

Mes pieds*, sous le poids du labeur si crucial,

Me privent de retourner au bercail

Et de monter mon cheval à camail !!!

Mon corps meurtri, ayant perdu son émail

Est triste et plus vide qu’un caravansérail

Où la flamme des cavaliers n’est plus l’attirail

Affiché devant les curieux et le sérail.

Hélas ! Mon rêve n’a plus les ailes de l’éventail !

Les os usés, ne pouvant plus servir de fermail,

Ne me permettent plus un retour au pays natal

Et à la mémoire capitale du bercail !

L’heure est donc à la fermeture du portail

Et au plongeon dans un profond sommeil !

Mon train de vie déjà hors rail

Ne dévoilera pas plus le détail !

*Je souffre de douleurs articulaires.

Par:Moussa Ettalibi, Dr Sci.,

Related posts

Leave a Comment