Chronique de Mustapha Jmahri : Création de l’Association des anciens élèves du lycée casablancais Imam Malik

Dans un cadre d’euphorie et de retrouvailles sincères et très attendues a eu lieu samedi 26 novembre 2022 la création de « L’Association des anciens élèves du lycée Imam Malik de Casablanca ».

Etablissement emblématique de l’enseignement public au Maroc depuis 1925, ce lycée s’appelait au temps du Protectorat « Ecole de la Gare » car situé à quelques pas de la gare Casa-voyageurs. L’établissement aura bientôt un siècle d’existence. C’est aussi le lycée qui a hébergé dans son internat des centaines d’élèves appartenant aux générations des années 1960 et 1970, issus de petites villes et autres villages reculés allant de Bzou jusqu’à Arbaoua passant par Mohammedia, El Jadida, Bir-Jdid, Khouribga, Béni Mellal, Settat et Sidi Bennour.

Layant quitté pour certains depuis plus d’un demi-siècle, ces anciens n’ont jamais oublié limage et l’âme de ce lycée qui a ouvert leur esprit sur la connaissance, la modernité de la métropole casablancaise, la littérature contemporaine et sur le cinéma et lart en général. Eu égard à son architecture, sous forme de murailles fermées, lun des anciens élèves, Hammadi Guerroum, critique de cinéma, lavait appelé affectueusement la Caserne du savoir.

L’assemblée générale, qui s’est déroulée dans la salle des activités pédagogiques du lycée, a commencé par la lecture de Sourate al-Fatiha en hommage aux regrettés disparus parmi les anciens élèves et professeurs. La parole fut ensuite donnée à la professeure Khadija Berrahhou, proviseure du lycée, qui a fait part de son admiration pour cette association que l’assistance s’apprête à créer : la première dans l’histoire de ce lycée et aussi la première au niveau de la zone d’action de la Direction de l’enseignement à laquelle le lycée est rattaché. Elle a également signalé que la création dune telle association représentait l’importance des valeurs de citoyenneté que ce lycée a inculquées à ses anciens élèves. Elle a fini son propos en soulignant que l’Association ferait dorénavant partie de la grande famille du lycée Imam Malik œuvrant pour l’intérêt général.

Saïd Aït-El haj, président de la commission préparatoire a indiqué, quant à lui, que ce jour de rencontre venait clôturer une dynamique qui avait commencé en 2015, et qui s’était poursuivie par la publication du livre collectif « Le lycée Imam Malik dans les années 1970 » paru en 2020. Ce livre coédité par Ahmed Laâyouni et Mustapha Jmahri a fait revivre la richesse des efforts entrepris, par le corps enseignant et les élèves, pour faire de cet établissement un modèle de réussite.

Après le retrait des membres de la commission préparatoire, l’universitaire Mohammed Hassaoui, écrivain et ancien professeur à la faculté des lettres de Rabat, a présidé en tant qu’ancien élève de la promotion 1967 et le plus âgé parmi l’assistance, la séance qui a recueilli les candidatures. Auparavant le professeur Hassaoui fit une petite intervention dans laquelle il mit en exergue le fait que le passé récent du lycée Imam Malik, le classait parmi les établissements d’excellence du Maroc. Il a proposé que, dorénavant, la nouvelle association milite pour la création d’un fond documentaire qui rassemblerait les ouvrages et les thèses des anciens lauréats, ainsi qu’un fond photographique de l’établissement dans le but de constituer une base de données et ce en étroite collaboration avec Madame la proviseure.

Lors de la séance, plusieurs points ont été évoqués par d’anciens élèves tels : le juriste Mostafa Chaib, conseiller au Secrétariat général du gouvernement, Larbi Errbati, professeur universitaire à l’Institut d’archéologie, Hammadi Guerroum, critique de cinéma, Mbarek Bidaki, participant à l’ouvrage collectif sur le lycée, Mohammed Nessrati, ancien cadre du Ministère de la justice et Abdellah Marjani, professeur retraité.

Au cours de cette assemblée générale, il a été également indiqué que le lycée Imam Malik a contribué à la formation de compétences nationales dans les domaines politique, syndical et culturel telles Aziz Akhannouch, chef du gouvernement marocain, Aziz Hasbi, ancien ministre, Noubir Amaoui, militant syndicaliste, Mostafa Derkaoui, réalisateur de cinéma, Jamal Berraoui, journaliste, Mohammed Sof, romancier, Mohamed Benabid, ancien rédacteur en chef de l’Economiste et bien d’autres compétences.

L’universitaire Mohammed Balaji, ancien professeur au lycée Imam Malik de 1968 à 1978, et à la faculté des lettres d’Ain Chok, y fut invité et salué par ses anciens élèves et l’ensemble des personnes présentes.

Enfin, l’assistance a été unanime pour la constitution d’un bureau de neuf membres représentant les différentes générations d’élèves de 1967 à 2007. Dun commun accord, le bureau de l’Association des anciens élèves du lycée Imam Malik a été formé par les membres suivants : Saïd Aït-Elhaj (président), Imane Fahim (vice-présidente), Mohammed Raghi (secrétaire général), Younes Benssi (secrétaire général adjoint), Loubna Ahayoumen (trésorière), Azzedine Aït-Elhaj (trésorier adjoint) ainsi que trois assesseurs : Ahmed Laâyouni, Hicham Lemrini et Houcine Moujtahid.

Moment symbolique, la création de la nouvelle association est un jalon significatif dans l’histoire de ce lycée centenaire.

jmahrim@yahoo.fr

Related posts

One Thought to “Chronique de Mustapha Jmahri : Création de l’Association des anciens élèves du lycée casablancais Imam Malik”

  1. Ghalloudi

    Félicitation
    Je suis ancien élève d’imam Malik

Leave a Comment