Ces projets inachevés… à El Jadida et nulle part ailleurs

Jamais de mémoire d’homme on n’a vu pareil constat… Des projets lancés depuis des décennies, tels que la délocalisation du marché de gros des fruits et légumes, et qui attendent toujours une décision salvatrice qui mettrait fin au calvaire vécu quotidiennement par les usagers de cet espace commercial par lequel transitent plus de 5000 personnes par jour.

Il est déconcertant de constater que cette situation perdure depuis belle lurette, et la Commune urbaine ne semble pas y trouver une issue.

Il faut noter que Mohammed El Guerrouj, ancien Gouverneur de la province d’El Jadida, avant d’être appelé pour d’autres fonctions, avait multiplié les visites sur le terrain au niveau de la Commune de My Abdellah pour s’enquérir de l’état d’avancement du projet de construction du nouveau marché de gros et la délocalisation de celui d’El Jadida paraissait alors imminente.

Rappelons que le lancement de l’actuel marché de gros et son aménagement date du 1er juillet 1991. Il a été réalisé sur une superficie de dix hectares et disposait de plusieurs structures conçues pour organiser les transactions commerciales dans les meilleures conditions.

Malheureusement, (ou heureusement pour le secteur de la santé), ce marché de gros a été amputé de sept hectares qui ont été concédés pour l’édification de l’hôpital Provincial Mohammed V, et devait être transféré à My Abdellah après seulement quelques mois. Un projet de délocalisation qui n’a toujours pas vu le jour depuis plus de trois décennies.

N’est-il pas insolite qu’une ville comme El Jadida qui dispose de tous les atouts pour être l’une des villes les plus développées du Royaume dispose d’un marché de gros de fruits et de légumes qui n’a d’une structure commerciale que le nom ?

Se peut-il aussi qu’on puisse trouver, au 21ème siècle, un hôpital à proximité d’un marché de gros qui connait un brouhaha insupportable, dès les premières lueurs de l’aube, dû aux véhicules qui y transitent et qui viennent briser le silence de la nuit et perturber la tranquillité des malades hospitalisés ? 

Le constat est bien triste et ne se limite malheureusement pas à ce seul projet. La « fameuse » nouvelle gare routière représente le parfait exemple de ces projets inachevés que les pauvres citoyens attendent toujours en vain.

Khadija Choukaili

Related posts

Leave a Comment