Botola Pro: DHJ-FUS: (0-0)… UN VRAI FIASCO !

Par: Haj Abdellatif Cherraf     cherraf

« Qui sème le vent récolte la tempête » Cet adage sied à merveille a la situation actuelle du DHJ qui n’arrive toujours pas à glaner les points qu’il lui faut pour fausser compagnie à ses camarades, comme lui, menacés de la relégation ! Il s’agit du KACM, MAS, OCK voire ASFAR et OCS. Un joli bouquet dont les deux relégués allumeront le feu en D2…

Pour l’instant, chacun d’eux fait l’impossible pour s’éloigner de la zone dangereuse, mais apparemment ça parait compliqué. Les joueurs souffrent énormément sur la pelouse qui devient de plus en plus lourde pour leurs jambes fragilisées par la charge du travail de l’entrainement et la pression de perdre d’autres matches synonymes de la chute à l’étage inférieur !

dhj.b

Peut-on dire que, la cause de cette situation du DHJ en queue de classement, et ce depuis le démarrage de la compétition, est le comité du club doukkali ? Hélas oui !

Ces derniers agissent comme bon leur semble avec toutes les composantes qui font l’environnement du Diffaâ Hassani Jadidi.

Ils peuvent tenir le même langage avec le jardinier du stade qu’avec les  staffs, technique et médical !

Ils peuvent même virer qui ils veulent à n’importe quel moment.

Ce pouvoir leur est permis grâce au sponsor officiel du DHJ, l’OCP !

Lors de ce match des extrêmes, ni le FUS, ni le DHJ n’a gagné les fameux 3 points utiles à l’amélioration de leur classement !

Suite aux calculs des entraineurs, qui craignaient le pire, les joueurs n’ont fait qu’appliquer les consignes… ça a accouché d’un mauvais match où il n’y avait pratiquement rien à voir et admirer, au grand dépit du public présent.

Avant de boucler ce chapitre, disons que  tant que notre football continue à brasser un argent émanant de richesses nationales (phosphates), celui des contribuables… des sommes colossales gérées par des mains pas toujours innocentes, on continuera encore  à vivre, ce triste scénario à El-Jadida, comme presque partout ailleurs.

Mais, dans l’immédiat et pour faire sortir l’équipe  de son marasme, il n’y a pas de secret, l’entraineur doit oser…aller au charbon.

Ne dit-on pas que celui qui ne risque rien n’a rien ?

Le compte à rebours commence à partir de ce déplacement du DHJ vers la ville ocre où le KACM l’attend de godasse ferme.

Les spécialistes valorisent un tel match de 6 points. Donc un match barrage précoce, mais aussi l’occasion à Benabicha et à Talib d’oser, de risquer le tout pour le tout pour sortir vainqueur de cette poudrière du grand stade de football de Marrakech.

 

Related posts

Leave a Comment