Botola « PRO » : 21ème Journée IRT- DHJ : 1 – 0 « BON COACHING DE BEN CHIKHA »

Par: Haj Abdellatif Cherraf     cherraf

Les  Tangerois n’ont pas raté les Jdidis  et ce, grâce au bon coaching d’Abdelhak Ben Chikha.

Ne dit-on pas que la première mi-temps est celle des joueurs, appelés à prendre l’initiative et sortir gagnants et que la deuxième est celle des entraîneurs, interpellés par la physionomie du jeu et de sa bonne lecture, pour relever les points forts et faibles de l’équipe d’en face et donner les consignes adéquates  pour atteindre l’objectif escompté : les trois points de la victoire ?

dhj.1

Un match, ô combien important pour les deux antagonistes et aux objectifs diamétralement opposés : le DHJ bataille pour se maintenir en D1 et l’IRT pour la course au titre.

Dès le coup d’envoi, sifflé par l’excellent Bouchaib Lahrach, bien assisté par Achik Redouane et Aadji Khalid, les Jdidis  dévoilèrent leur  intention d’être venus à Tanger pour gagner et dominèrent toute la première période, sans jamais réussir à placer le ballon dans les filets adverses.

En l’absence de Niang, l’attaquant sénégalais, que le DHJ avait engagé, parait-il, sans même lui faire passer une visite médicale (!!!) et qui est entrain de se faire soigner, aujourd’hui, au frais de « Mme la Marquise », le DHJ peine à trouver un buteur patenté.

Autrement, comment expliquer toutes les occasions ratées par les attaquants  Jdidis dans les différents matches de la Botola ?

Lors de ce match, les poulains d’Abderrahim Talib sont allés à moult reprises aux poteaux adverses, mais sans jamais réussir à surprendre Mohamadina, accrédité d’un bon match.

Pour  Benchikha et Belarabi Abderrazak, son adjoint, tous des ex du DHJ, ce match est celui qu’ils ne  voudraient surtout pas perdre,  et ce, pour les raisons que tous les mordus du club doukkali connaissent ! Bref, la 1ère mi-temps se solda sur un score vierge, zéro partout, avec un petit parfum de confiance pour les jdidis qui ont dominé, certes, mais qui n’ont pas scoré.

De retour des vestiaires et alors que l’on s’attendait à ce que le DHJ continue sur sa lancée, il s’est avéré le contraire. Métaphorisés complètement par le briefing de leur entraîneur durant la pause, les poulains de Ben Chikha renversèrent la vapeur à la (61’) sur un contre bien travaillé et conclu par une belle combinaison, ponctuée par un tir foudroyant de  Hamouda qui obligea le keeper, Askri  à pousser le cuir en catastrophe  vers… l’opportuniste Mouâoui aux aguets. Celui-ci ne trouva aucune difficulté à placer le ballon dans la lucarne des jdidis !

Le grand stade de Tanger vibra sous la sonate des  13 000 spectateurs assoiffés d’enlever un premier titre.           Ni la réplique, six minutes après de Coulibaly, ni les tirs biens cadrés d’Azaro et de Nahnah n’ont fait mouche (89’). Et pour cause, un grand Mohamadina était là, vigilant et sûr de lui.

L’unique but de cette belle partie, où chaque les deux équipes ont opté pour un jeu ouvert, a  le gagnant et a freiné le perdant.

Et dire que lors de la prochaine journée, le DHJ va recevoir le FUS, sa « panthère noire »,  au stade Al-Abdi et que l’IRT hérite d’un voyage périlleux vers Berkane. De belles affiches en perspective à suivre !

Related posts

Leave a Comment